AccueilRechercherFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Histoire de Warhammer 40.000

Aller en bas 
AuteurMessage
Asphar Silverstein
Admin
Admin
avatar

Messages : 218
Date d'inscription : 28/11/2010
Age : 31
Localisation : Citadelle de l'Inquisition, Exodius (Hullorden)

Feuille de héros
Nom: Asphar Silverstein
Niveau: 60
Échelon: Seigneur Inquisiteur

MessageSujet: Histoire de Warhammer 40.000   Mar 30 Nov - 23:38

Ce topic a pour but de vous présenter les grandes lignes de l'histoire de l’univers de Warhammer 40.000 pour que les novices puissent comprendre un peu mieux ce qui se trame ici. Je vais décrire l’histoire de cet univers depuis le tout début, donc ne vous étonnez pas si l’humanité n’arrive pas sur la table tout de suite ^^. Nous travaillons avec les informations officielles de Games Workshop, les créateurs de Warhammer 40.000, donc il y aura de nombreuses zone d’ombre qui ont été créées volontairement pour augmenter le mystère sur certaines choses. Ne nous en voulez pas.



LA DESTRUCTION DES ANCIENS

Au commencement vivaient les Anciens. Alors on ne sait pas grand-chose sur eux, mais on sait qu’ils possédaient une technologie incroyable dépassant tout ce que l’on peut imaginer. Ils régnaient sur une bonne partie de la galaxie, mais d’autres races existaient également à l’époque. Parmi elles se trouvaient les nécrontyrs, une race intelligente mais qui possédaient une espérance de vie extrêmement courte, surtout comparée à celle des Anciens. Un jour, les nécrontyrs découvrirent un être vivant au cœur de leur étoile pour se nourrir de son énergie, et avec qui ils parvinrent à communiquer. Ils nommèrent cet être C’Tan, ce qui signifiait dans leur language « Dieu des Etoiles », mais apprirent plus tard qu’ils existaient d’autres êtres semblables à lui dans la galaxie, existant depuis la création même de l’univers. Unis par leur haine envers les Anciens, les C’Tans et les nécrontyrs forgèrent une alliance qui commença par l’utilisation par les C’Tans d’une sorte de magie permettant de transférer les âmes des nécrontyrs dans des corps de métal que ces derniers avaient construit, afin de les rendre immortels. Sous cette nouvelle forme, ils devinrent les nécrons. Rapidement, le peuple nécrontyr tout entier devint une immense armée de métal qui se rua sur l’empire des Anciens, mené par les puissants C’tans.

Les Anciens, malgré leur technologie, furent incapables de se défendre et des milliards d’entre eux furent massacrés par les impitoyables nécrons. Lorsqu’ils se retrouvèrent retranchés dans leurs derniers bastions, les Anciens décidèrent d’utiliser leurs connaissances pour créer des races de combattants aux capacités psychiques, et parmi ces nouvelles races se trouvaient les Eldars. Mais l’utilisation de pouvoirs psychique par ces races dans leurs affrontements contre les nécrons affaiblit la séparation entre l’espace réel et le Warp, ce qui força les Anciens à trouver un autre moyen de combattre les nécrons. Dans cette optique, ils créèrent d’autres races dont le lien avec le Warp était beaucoup plus limité mais aux aptitudes physiques capables d’affronter les légions de métal, et parmi cette deuxième génération de nouvelles races se trouvaient les orks.

Malgré leurs efforts, les Anciens avaient déjà commis une faute irréparable qui les mena à leur perte : l’affaiblissement du voile les séparant du Warp provoquant l’invasion dans l’espace réel d’entités démoniaques nommées Psyrens ou Krells, qui sont parmi les entités du Warp les plus redoutées par toutes les espèces vivantes. Surnommées les Asservisseurs par les humains, ces démons tuent le psyker permettant leur entrée dans l’espace réel, puis contrôle les esprits d’autres psykers se trouvant à portée afin de facilité l’apparition d’un autre Asservisseur par le biais de ce psyker. L’invasion des Asservisseurs provoqua la disparition des Anciens en affaiblissant leurs dernières forteresses, permettant aux nécrons et aux C’tan de terminer leur massacre.




L’ENDORMISSEMENT DES C’TANS ET DES NECRONS

La disparition des Ancien laissa totalement libres les races qu’ils avaient créées pour combattre les nécrons. Mais alors que les orks revenaient à un état sauvage et que leur intelligence diminuait progressivement, les eldars récupérèrent un grand nombre des technologies des Anciens, la plus importante d’entre elle étant la Toile, un réseau de « tunnels » construits par les Anciens pour relier les différents mondes de leur empire. Ces tunnels étaient de tailles variées, les plus grands permettant le passage de vaisseaux entiers tandis que les plus petits permettent à peine de faire passer deux hommes de front. Car bien que ces tunnels relient les mondes à l’aide du Warp, ils protègent totalement leurs utilisateurs des énergies démoniaques de cette dimension.

Mais les nécrons ne comptaient pas s’arrêter à la destruction des Anciens : une fois ces derniers exterminés, ils tournèrent leur haine vers les autres races de la galaxie, qu’ils massacrèrent également. Mais les C’tan comprirent que si cela continuait, il ne resterait bientôt plus aucune ressource utilisable, et alors que le manque commença à se présenter, les C’tan commencèrent à s’affronter entre eux. A terme, il n’en resta que 4, qui entrèrent en stase à plusieurs endroits de la galaxie afin d’attendre que celle-ci se remplisse à nouveau de vie. Les nécrons imitèrent leurs dieux des étoiles en bâtissant d’énormes sépultures sur plusieurs mondes morts où ils se mirent en « mode veille », laissant des systèmes de surveillance se charger de les réveiller dès qu’il y aurait à nouveau suffisamment de vie à massacrer.

Les quatre C’tan survivants sont les suivants :
Le Void Dragon : on dit de lui qu’il est le plus puissant de tous les C’tans survivants. Il a été enfermé par l’Empereur à l’intérieur du Noctis Labyrinth sur Mars, et il est depuis vénéré par les membres du Culte Mechanicus qui lui donnèrent le titre de Dieu-Machine. Prions pour qu’il ne se réveille jamais pleinement…
Le Night Bringer : il est le premier à avoir commencé à se nourrir des autres C’tan, augmentant progressivement sa puissance mais sans jamais atteindre le niveau du Void Dragon. Surnommé Kaelis Ra par les eldars, ce qui signifie le Tueur de Lumière dans leur langue, il a longtemps affronté cette race et a détruit plusieurs étoiles faisant partie de leur empire hérité des Anciens, la plus célèbre d’entre elles étant l’étoile de Cyclo, que les eldars nommaient l’œil d’Isha (Isha étant l’une de leurs divinités).
Le Deceiver : le plus faible des survivants, n’ayant survécu que par la manipulation des autres. Il entra en stase le dernier et se réveilla, afin d’être sûr de ne pas être la proie du Night Bringer. Depuis son réveil, sa manipulation s’est étendue aux autres races de la galaxie. Les légendes eldars disent qu’il détruisit un grand nombre des Forteresses Noires, des stations spatiales construites par les Anciens et qui sont connues pour êtres les seules armes capables de tuer les C’tan. Il n’épargna que quelques Forteresses se trouvant hors de portée des eldars et qui furent plus tard récupérées d’abord par les humains puis par les spaces marines du chaos. On dit que le Deceiver déclencha la 13ème Croisade Noire simplement pour détruire ou déplacer les forteresses noires restantes.
L’Outsider : surnommée également « Celle qui se tient en dehors » par les eldars, ce C’tan est devenu fou après avoir absorbé un autre C’tan ou, plus probablement, l’une des divinités eldars. Car oui, les sentiments et croyances eldars ont créé plusieurs divinités bien à eux qui ont aujourd’hui été presque toutes détruites par les C’tans ou les divinités du Chaos (principalement Slaneesh). Il est dit que sa présence est si terrifiante que la plupart de ceux qui posent le regard sur l’Outsider se suicident quasi immédiatement pour échapper à cette peur.

Le premier rapport impérial faisant état de leur présence apparaît en 897 M41, mais les eldars ont déjà empêché plusieurs éveils durant le siècle précédent et durent les affronter directement un certain nombre de fois.

_________________
"L'ignorance est la plus grande faiblesse de l'humanité. Un homme peut mener une vie honnête sans être conscient de la corruption qui l'entoure, mais cela ne fait pas de lui un homme vertueux, seulement une recrue potentielle pour les apôtres du Chaos. La véritable vertu, c'est d'être parfaitement conscient de tous les maux qui gangrènent notre société à tous les échelons de son organisation et de ne pas y succomber pour au contraire les combattre. Seulement ainsi, un homme peut être considéré comme un véritable serviteur de l'Empereur."
Asphar Hugel Silverstein
Loi de Murphy n°40 : Les objectifs qui valent la peine qu'ont s'y attaque prouvent leur valeur en ripostant.


Dernière édition par Asphar Silverstein le Lun 17 Jan - 16:38, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wh40k-hullerstorm.forumgratuit.org
Asphar Silverstein
Admin
Admin
avatar

Messages : 218
Date d'inscription : 28/11/2010
Age : 31
Localisation : Citadelle de l'Inquisition, Exodius (Hullorden)

Feuille de héros
Nom: Asphar Silverstein
Niveau: 60
Échelon: Seigneur Inquisiteur

MessageSujet: Re: Histoire de Warhammer 40.000   Mar 30 Nov - 23:40

LA MYTHOLOGIE ELDAR

Attention : ces légendes ont été créées par les eldars après la disparition des Ancien et l’endormissement des nécrons et des C’Tans pour expliquer leur apparition dans la galaxie. Elles sont néanmoins devenues plus ou moins réalité au fil des millénaires précédant la Chute, car les divinités créées par les Eldar finirent toutes par se matérialiser dans le Warp avant cet évènement tragique. Il est donc important de connaître la mythologie sur laquelle se basent ces entités qui font partie intégrante de la culture et de l’histoire eldar.

Au commencement étaient les dieux. Ils régnaient sur un paradis qu’ils avaient eux-même créé, et observaient chacun de leur côté l’univers subir les effets de cette dimension dont ils se souciaient peu : le temps. Des centaines de milliers de races proliféraient d’un bout à l’autre de la galaxie, évoluant sur presque autant de monde aux surfaces si diverses, et cela distrayait les dieux. Parfois, ils intervenaient sur un monde sous la forme d’une tornade, d’un raz de marée, ou d’une nuée de papillons magnifiques ou d’un printemps précoce, distribuant à leur guise destruction ou bonheur aux races qui attiraient leur attention. Ils s’amusaient, chacun à leur manière et selon le domaine qu’ils maîtrisaient. Seul Asuryan, le dieu des dieux, roi phénix, ne se prenait pas à ce jeu, préférant surveiller les différentes divinités afin que l’équilibre perdure entre les mortels et le royaume des cieux. Tous le respectaient pour sa sagesse et sa clairvoyance, même le terrifiant Kaela Mensha Khaine, le dieu guerrier à la main sanglante, la plus puissante de toutes ces divinités.

Mais cependant, il existait bien d’autres dieux en dehors de ce paradis. Se cachant dans la dimension immatérielle que l’on appelle le Warp ou l’Empyrean, les dieux du Chaos manipulent les esprits faibles ou corrompus afin d’atteindre leurs sombres dessins. Ils sont chacun l’unification de tous les sentiments impures propres à leur domaine, et plus le mal qu’ils représentent s’exprime dans les cœurs des mortels, plus leur force augmente. Parmi ces sombres divinités, seules trois se différenciaient des autres par leur puissance : le dieu du sang Khorne, le dieu de la déchéance Nurgle, et le dieu du changement Tzeentch. Néanmoins tous ces sombres dieux n’avaient pas la force de s’attaquer à Asuryan et ses semblables, principalement à cause de leur désunion permanente, et préféraient donc manipuler les races dans l’ombre. Leur influence faisait partie de la réalité, déchirant les civilisations au hasard, et limitant ainsi l’expansion des espèces intelligentes. L’univers était ainsi depuis des milliards d’années, et rien ne semblait pouvoir changer cet état de chose.
Pourtant, un jour, un évènement étrange arriva.

Parmi les dieux du ciel se trouvait Isha, déesse des Moissons et Kurnous, maître de la Chasse. Ils étaient amants depuis l’aube des temps, et ne s’étaient jamais séparé, même durant leurs nombreuses incursions bénéfiques sur les mondes des mortels. Le bonheur les entourait partout où ils allaient, pouvant stopper même les plus terribles guerres et transformer les cœurs de tous ceux qui les voyaient, à par les autres dieux. Leur seul regret fut qu’ils ne puissent pas avoir d’enfant comme les mortels.

C’est pour cela qu’ils décidèrent de créer la race la plus évoluée et la plus élégante possible. Semblables à des humains, ils possédaient cependant des différences énormes. Leur cœur battait deux fois plus vite, ce qui ne les empêchait pas de vivre plusieurs millénaires avant d’être emportés par l’âge. Leur psyché était incroyablement développée, ce qui faisait qu’ils ressentaient les émotions à un niveau extrêmement plus élevé que toutes les autres races. Ils se déplaçaient avec l’agilité et la grâce des félins, et leurs réflexes étaient si rapides qu’un œil humain ne pouvait suivre l’intégralité de leurs mouvements. De plus, la plupart d’entre eux possédaient des dons de télékinésie et de télépathie plus ou moins puissants. Certains pouvaient déplaçaient de petits objets à distance tandis que d’autres pouvaient lire jusqu’aux plus secrètes pensée d’un être. Ainsi furent conçus les eldars.

Leurs capacités physiques et psychiques leur permirent de maîtriser la matière grâce à une technologie dépassant tout ce que les autres civilisations avaient bâti. Ils allèrent jusqu’à comprendre la dimension immatérielle du Warp, et l’utilisèrent pour conquérir l’univers au moyen de gigantesques vaisseaux. Un réseau de tunnels appelé la Toile fut « creusé » dans la dimension immatérielle de l’Empyrean, formant des chemins sûrs permettant de traverser l’immensité de l’espace en seulement quelques instants. Des milliers de planètes furent ainsi colonisé par cette noble race, créant peu à peu un puissant empire avec lequel nul autre ne pouvait rivaliser. Même les dieux du chaos n’avaient aucune emprise sur eux, leur sagesse et leur technologie les mettant à l’abri des sentiments de haine du changement, ou des épidémies.

Cependant, une terrible menace pesait au-dessus des eldars. Lileath, la déesse vierge, maîtresse des rêves et des fortunes, prédit à Khaine qu’il serait vaincu par une armée de mortels. Ne voyant que les enfants d’Isha capables de le menacer, il partit en guerre contre eux. Sa puissance était terrifiante, mais sa colère encore plus. Personne ne pouvait le vaincre, le dieu étant totalement invincible. Les eldars périrent par milliers avant que les pleurs d’Isha et de Kurnous n’obligent Asuryan à agir. Afin de sauver les eldars de la folie de Khaine, le roi phœnix érigea une grande barrière entre les mortels et les dieux, les séparant pour l’éternité.

Ainsi, les eldars furent livrés à eux-même dans cet univers où ils étaient les maîtres.




LA CHUTE

Important : Contrairement au chapitre précédent, les évènements racontés ici se sont réellement déroulés à une date où l’humanité venait à peine de commencer sa première conquête des étoiles (plus de précisions dans les chapitres suivants).

Durant des millénaires, les eldars étendirent leur civilisation, principalement dans le centre de la galaxie. Leurs mondes étaient des lieux de paix et d’harmonie, de véritables paradis de prospérité matérielle et culturelle. Aucune race n’avait menacé leur prospérité depuis leur naissance, leur technologie pouvant venir à bout de n’importe quel ennemi. Sur des centaines de mondes paradisiaques disséminés à travers les étoiles, les eldars exploraient leurs désirs, s’autorisant tous les caprices et toutes les curiosités. Ils bâtirent des merveilles et firent des découvertes sur l’univers au-delà de tout ce que les autres civilisations peuvent imaginer. Lorsque leurs âmes finissaient par quitter leurs corps, elles se dissolvaient dans le Warp pour renaître à nouveau.

Mais peu à peu, le ver de l’orgueil rongea le cœur de la race eldar. Ils pensaient qu’il leur revenait de découvrir tous les secrets de l’univers, d’expérimenter tous les plaisirs. Ils pillèrent ainsi les précieuses ressources de leurs esprits fantastiques. Les eldars étaient depuis bien longtemps libérés des contraintes du travail ou de l’agriculture. La société leur fournissait tout ce dont ils avaient besoin sans qu’ils aient à accomplir le moindre effort, leur laissant des siècles entiers pour assouvir leurs moindres désirs. Aiguillonnés par une curiosité jamais satisfaite, nombre d’entre eux s’adonnèrent à leurs pulsions sensuelles les plus sombres. Des cultes exotiques se développèrent sur tous les mondes eldars, chacun dédié aux connaissances ésotériques ou aux plaisirs des sens.
Alors que ces cultes gagnaient de l’ampleur, la société eldar se divisa. Certains accordèrent foi aux terribles visions qui peuplaient leurs rêves et s’enfuirent pour fonder des colonies exodites, aux confins de l’empire eldar. Tandis que leur civilisation basculait dans l’anarchie, quelques eldars renoncèrent à leurs anciennes vies et prirent la direction du vide intersidéral à bord d’immenses vaisseaux-mondes. Mais la plupart s’adonnèrent à leurs vices dans l’abandon le plus total, et leur corruption fut bientôt absolue. Le frère combattait le frère et des tueurs sadiques rôdaient dans l’ombre pour satisfaire leurs horribles appétits. Aucune vie n’était épargnée dans la poursuite de ces plaisirs pervers ? La débauche absolue saisit la race eldar, et le sang coulait dans les rues, sous les rugissements de la foule.

Seul un fou prétendrait pouvoir connaître l’univers étrange qu’est le Warp car il est, par sa nature même, inconstant et incompréhensible. C’est pourtant là, au milieu des tourbillons d’énergie psychique que l’ensemble des corruptions qui possédaient les eldars prit une forme tangible. Dans le Warp, les pensées et les émotions prospèrent et grandissent, nourries par les sentiments analogues, jusqu’à développer une conscience. Ces pensées deviennent alors des esprits plus ou moins puissants, dont la longue gestation se termine dans des spasmes qui secouent le Warp et déchirent la trame de la réalité.

C’est au sein des tourbillons psychiques de l’Empyrean que la corruption des eldars prit corps, alors que les âmes des défunts se regroupaient en une conscience collective. La malveillance de cet immonde esprit que les eldars avaient éveillé à leur insu était inimaginable. Ce n’était nul autre que leur ombre, l’ombre de ce qu’ils étaient devenus, la noblesse et la fierté avilies par le vice et la perversité. Des années durant, leur race fut frappée de folie. Des mondes entiers étaient à feu et à sang et, tandis que les eldars tuaient et riaient et dévoraient les restes de leurs victimes, ce que l’on n’allait pas tarder à appeler la Grande Ennemie s’extirpait lentement de son sommeil. Ils comprirent trop tard qu’ils avaient créé un dieu à leur image, à la puissance immense, nourri de leurs plus noirs instincts.

Nulle entité ne fut jamais si horrible que Slaanesh, la plus jeune divinité du chaos, l’Assoiffée, la Chute des eldars incarnée. Elle prit la forme d’un humanoïde androgyne, mâle à sa gauche, femelle à sa droite, d'une beauté aussi surnaturelle que dérangeante. Deux paires de cornes sortaient de sa chevelure blonde et elle était vêtue d'une cotte de maille frangée de velours. Slaanesh était Prince des Plaisirs, la Puissance du Chaos dédiée à la poursuite des plaisirs hédonistes et l'abandon de tout comportement décent, et sa puissance était aussi immense que la galaxie.

Quand Slaanesh s’éveilla enfin, tous les eldars sentirent la caresse de ses griffes sur leur âme. Dans un hurlement de puissance et de rage, Slaanesh naquit et une implosion psychique ébranla l’univers. Des milliards et des milliards d’eldars hurlèrent de terreur avant de périr. En un battement de cœur, la civilisation eldar fut soufflée telle une chandelle, engloutie par le Chaos. Leurs âmes furent extirpées de leurs enveloppes charnelles et consumées en un instant par l’horreur qu’ils avaient engendrée. Le dieu s’enivra de cette première inspiration, puis tourna son regard empli de convoitise sur l’univers. L’épicentre de l’apocalypse psychique se trouvait au cœur même de l’empire eldar. Ceux qui avaient pressenti le cataclysme et fui à bord de vaisseaux-mondes furent également touchés et seuls les plus éloignés de l’épicentre en réchappèrent. Les mondes exodites demeurèrent relativement épargnés. L’onde de choc était concentrée sur les eldars, mais des millions d’humains, d’orks et d’autres races en ressentirent également les effets. Le Warp convulsa alors qu’un ouragan cosmique balaya la galaxie. La trame de la réalité se déchira et le Warp infiltra l’univers matériel par cette fissure, changeant l’espoir en désespoir et le paradis en enfer.

Le gouffre s’étendit jusqu’à recouvrir l’ancien empire eldar. Plus tard, cette plaie béante dans la réalité sera appelée l’Oeil de la Terreur. Là, le Warp et l’univers matériel se mêlent. Des entités démoniaques se nourrissent de l’énergie de l’Empyrean tandis que les princes démons et les adorateurs du Chaos règnent sur des mondes cauchemardesques de feu et de ténèbres.

Mais les eldars des vaisseaux-mondes et des mondes exodites ne furent pas les seuls à survivre à la Chute : une grande partie de la population dépravée des eldars avait quitté l'espace réel pour construire un immense domaine secret au sein même de la Toile afin de pouvoir s'adonner à leurs plus terribles vices sans personne pour les juger. Ce domaine dont les dimensions sont inconcevables et impossibles à mesurer par des moyens conventionnels, fut appelé Commorragh et surnommé la Cité Crépusculaire. Les habitant de ce domaine furent protégés de la déflagration psychique de la naissance de Slaneesh de par le fait qu'il se trouvaient au sein de la Toile, mais au lieu de subir une mort atroce et violente, leurs âmes étaient lentement aspirées par le pouvoir de Slaneesh. Ils se rendirent néanmoins compte qu'ils pouvaient tenir le jeune dieu du Chaos en respect et prolonger leur existence du moment qu'ils continuaient d'accomplir les actes les plus vils et les plus décadents. Faire souffrir les autres se montra être le moyen le plus efficace de maintenir leur jeunesse, et c'est ainsi que les habitants de Commorragh devinrent les eldars noirs.

_________________
"L'ignorance est la plus grande faiblesse de l'humanité. Un homme peut mener une vie honnête sans être conscient de la corruption qui l'entoure, mais cela ne fait pas de lui un homme vertueux, seulement une recrue potentielle pour les apôtres du Chaos. La véritable vertu, c'est d'être parfaitement conscient de tous les maux qui gangrènent notre société à tous les échelons de son organisation et de ne pas y succomber pour au contraire les combattre. Seulement ainsi, un homme peut être considéré comme un véritable serviteur de l'Empereur."
Asphar Hugel Silverstein
Loi de Murphy n°40 : Les objectifs qui valent la peine qu'ont s'y attaque prouvent leur valeur en ripostant.


Dernière édition par Asphar Silverstein le Jeu 2 Déc - 20:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wh40k-hullerstorm.forumgratuit.org
Asphar Silverstein
Admin
Admin
avatar

Messages : 218
Date d'inscription : 28/11/2010
Age : 31
Localisation : Citadelle de l'Inquisition, Exodius (Hullorden)

Feuille de héros
Nom: Asphar Silverstein
Niveau: 60
Échelon: Seigneur Inquisiteur

MessageSujet: Re: Histoire de Warhammer 40.000   Mer 1 Déc - 17:10

L’ÉMERGENCE DE L’HUMANITÉ


Note :Nous faisons ici un léger retour en arrière de quelques millénaires pour décrire à présent l’histoire de l’humanité, qui remplit une très grande part de l’histoire de Warhammer 40.000 et dont le destin a influencé l’équilibre des forces de cet univers bien plus que toutes les autres races connues. Avant de commencer, nous devons préciser que dans l’univers de Warhammer 40.000, l’humanité est apparue sur la même planète du même système solaire que celui que nous connaissons dans la vie réelle, sauf qu’au lieu de l’avoir nommée la Terre, ses habitants l’ont nommée Terra. Par contre, toutes les autres planètes et lunes du système Sol possèdent le même nom que dans la vie réelle.



Nous commençons notre histoire vers environ -9000 du calendrier impérial. C’est à cette époque où l’humanité était encore composée de tribus barbares primitives qu’apparut l’être qui sera plus tard connu sous le nom de l’Empereur. Il est dit que bien qu’étant né de parents mortels, sa naissance aurait été provoqué par les pouvoirs combinés des plus puissants shamans de cette période (qui étaient bien entendu des psykers). L’Empereur était un être de perfection unique qui possédait une force et un esprit surhumain ainsi qu’une stature beaucoup plus importante que celle des hommes normaux. Il était également immortel et ses blessures guérissaient à une vitesse incroyable. Très tôt, il manifesta des pouvoirs psychiques d’une puissance redoutable.

Pendant des millénaires, il vécut au milieu des hommes pour acquérir la sagesse nécessaire à l’utilisation de ses pouvoir, observant de loin l’évolution des peuples de Terra qui s’unirent peu à peu pour former l’Imperium en l’an 1 du calendrier impérial. La création de cet empire débuta l’ère dite du Moyen-Âge Technologique, une glorieuse période de découvertes scientifique qui durant près de vingt mille ans jusqu’à permettre à l’homme de voyager dans l’espace et de terraformer d’autres astres du système solaire : la Lune, Mars, et plusieurs lunes de Jupiter.

Vers 20.000 (M21), le nombre de psykers parmi la population humaine augmenta de manière non négligeable. Jusque-là ces individus étaient extrêmement rares et se faisaient extrêmement discrets, ne voulant pas attirer l’attention des hommes. Mais leur soudaine augmentation ne leur permit plus de rester dans l’ombre et ils furent l’objet de nombreuses études, permettant au final de créer les moteurs warp servant à faire translater un vaisseau spatial depuis l’espace réel vers l’Immaterium et inversement. Cette découverte marqua le début de l’Exode Stellaire, une période de colonisation intense des hommes à travers la galaxie sur les planètes n’étant pas déjà peuplées par des races xenos trop dangereuses comme les eldars ou les orks. Les archives font néanmoins état de plusieurs affrontements sérieux contre ces deux races à partir des années 21.000 (M22) et des guerres terribles furent menées pour le contrôle de nombreux mondes.

La deuxième grande découverte durant le Moyen-Âge Technologique fut l’invention des SCS (Schémas de Construction Standards), qui furent embarqués par les colons s’établissant sur de nouvelles planètes. Il s’agissait de machines aux dimensions gigantesques contrôlées par des super-ordinateurs et renfermant chacune des connaissances humaines spécifiques en matière de technologie, permettant de construire la plupart des équipements dont les colons avait besoin du moment qu’on leur fournissait les matières premières nécessaires. Les colons étant pour la plupart assez simples et n’utilisant que de l’équipement de base, la création de technologies avancées était très rarement utilisée. Les SCS contenant les technologies les plus complexes étaient donc très peu nombreux, certains étant limités à un seul exemplaire se trouvant sur une colonie précise de l’empire.

La puissance du premier empire humain était à son paroxysme lorsque vers 23.000 (M24) un nombre colossal de tempêtes Warp apparurent dans toute la galaxie au niveau de la plupart des colonies humaines, interdisant tout voyage dans l’Immaterium depuis ces planètes pendant près d’un millénaire. Ainsi, toutes ces colonies furent entièrement coupées des autres, que ce soit au niveau des transports ou même des communications, les amenant à évoluer chacune sur des voies très différentes en fonction des particularités de leur planète. Le système Sol ne fut pas épargné par ce déchaînement de l’Immaterium et se retrouva lui aussi isolé. L’effet secondaire de ces tempêtes fut une importante augmentation du nombre de psykers parmi les nouvelles générations des colonies frappées par ce phénomène. Les eldars ayant survécu à la naissance de Slaanesh, eux, pouvaient toujours se déplacer à travers les restes de leur empire grâce au réseau de la Toile qui était protégé des tempêtes Warp, tandis que les orks se contentèrent de mener des guerres internes afin de passer le temps.
De par cet emprisonnement forcé sur leurs mondes respectifs, les peuples qui formaient l’empire humain cessèrent de progresser de façon parallèle pour adopter chacun de nouveaux modes de vies et faire évoluer leur société de façons différentes. Sur Terra, cet isolement provoqua une séparation des population pour revenir à plusieurs nations se faisant la guerre de façon quasi permanente, marquant ainsi le début de l’Ere des Luttes.

_________________
"L'ignorance est la plus grande faiblesse de l'humanité. Un homme peut mener une vie honnête sans être conscient de la corruption qui l'entoure, mais cela ne fait pas de lui un homme vertueux, seulement une recrue potentielle pour les apôtres du Chaos. La véritable vertu, c'est d'être parfaitement conscient de tous les maux qui gangrènent notre société à tous les échelons de son organisation et de ne pas y succomber pour au contraire les combattre. Seulement ainsi, un homme peut être considéré comme un véritable serviteur de l'Empereur."
Asphar Hugel Silverstein
Loi de Murphy n°40 : Les objectifs qui valent la peine qu'ont s'y attaque prouvent leur valeur en ripostant.


Dernière édition par Asphar Silverstein le Jeu 2 Déc - 19:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wh40k-hullerstorm.forumgratuit.org
Asphar Silverstein
Admin
Admin
avatar

Messages : 218
Date d'inscription : 28/11/2010
Age : 31
Localisation : Citadelle de l'Inquisition, Exodius (Hullorden)

Feuille de héros
Nom: Asphar Silverstein
Niveau: 60
Échelon: Seigneur Inquisiteur

MessageSujet: Re: Histoire de Warhammer 40.000   Jeu 2 Déc - 19:14

L’ERE DES LUTTES ET LA NAISSANCE DE L’IMPERIUM


Les seules archives humaines dont nous ayons connaissance aujourd’hui sont celles de Terra et de Mars, les autres registres historiques ayant été détruits pendant la Grande Croisade ou oubliés par la suite.

Sur Mars se déroula une courte période d’anarchie créée par l’apparition massive de mutants parmi la population, et qui s’acheva par la victoire des techno-mages du Culte Mechanicus, une organisation qui prônait la technologie par-dessus tout au point d’en avoir fait une véritable religion centrée sur une divinité nommée le Dieu-Machine. Comme nous l’avons expliqué précédemment dans le chapitre L’ENDORMISSEMENT DES C’TANS ET DES NECRONS, le Dieu-Machine qu’ils vénèrent n’est autre que le Void Dragon, l’un des quatre derniers C’Tan existant à ce jour. Nous ignorons si à cette époque ce C’Tan était encore endormi ou s’il avait déjà commencé à se réveiller partiellement, mais il est certain que c’est lui qui a influencé volontairement ou involontairement les techno-mages du Culte Mechanicus dans la création de leur religion.

Cette religion les poussa à considérer la technologie comme le bien le plus précieux et donc à la protéger jalousement tout en cherchant à l’améliorer constamment. Contrairement au peuple de Terra qui perdit presque tout son savoir au cours de ses longues et terribles guerres civiles, les connaissances du Culte Mechanicus dans les domaines scientifiques ne cessèrent de croître. Les inventions qu’ils développèrent leur permirent de bâtir des cités aussi démesurées que le paysage de la planète rouge, et d’accomplir de nombreux prodiges technologies tels que la construction d’usines au cœur d’un volcan ou de stations orbitales colossales. Ils inventèrent des machines de guerres bipèdes aussi grandes que des cathédrales, qu’ils nommèrent des Titans, et dont la puissance de feu pouvait ravager une cité entière. Mais bien qu’ils disposent toujours de vaisseaux spatiaux capables de se déplacer dans l’espace normal pour rejoindre les autres planètes du système solaire, les membres du Culte Mechanicus ne s’éloignèrent jamais de Mars durant toute l’Ere des Luttes, préférant rester sur leur domaine et continuer leurs recherches.

Pendant ce temps, sur Terra, le pouvoir du premier empire se fragmenta et les anciennes nations se reformèrent pour s’affronter et tenter de prendre le contrôle de la planète. Les hommes usèrent des plus puissantes armes de destruction à leur disposition, déclenchant un cataclysme qui transforma Terra en une planète désolée où seuls les plus forts pouvaient survivre. La plupart des technologies avancées furent perdues ou oubliées et les nations se fragmentèrent en clans barbares qui faisaient régner la terreur sur leurs domaines.

Ce n’est que vers 27.500 (M28), qu’apparut pour la première fois l’Empereur dans les archives de Terra. A la tête d’une armée de soldats génétiquement modifiés qu’il avait lui-même créés par un moyen qui nous est totalement inconnu, il conquit l’ensemble des clans de Terra pour les unifier et fonda l’Imperium de l’Humanité, recevant alors son titre d’Empereur (c’est d’ailleurs le seul nom qui lui est connu). Une fois la paix revenu, il entreprit de rebâtir son monde natal en utilisant son immense savoir pour réintroduire une grande partie des technologies perdues durant l’Ere des Luttes.

Vers 28.000 (M29), l’Empereur débuta le projet PRIMARQUE, qui était la continuité de son plan de créer d’une armée de surhommes pour le jour où les tempêtes Warps autour de Terra se calmeraient enfin et qu’il pourrait reconquérir la galaxie pour unifier tous les mondes humains. Il commença par créer les embryons de 20 êtres destinés à devenir ses généraux car possédant tous une grande partie de son pouvoir et de ses capacités. Ces 20 êtres furent nommés les Primarques. Le complexe souterrain au sein duquel il entreprit ce projet fut construit sur Luna et l’Empereur supervisa chaque moment de la croissance des fœtus dans leurs cuves amniotiques. Mais alors que les fruits de ses travaux allaient enfin mûrir, les forces du Chaos découvrir les desseins de l’Empereur et, probablement effrayés par la menace que pouvaient présenter les Primarques, cherchèrent à les détruire. Mais ils ne purent que les disperser à travers la galaxie en créant un portail Warp au sein même du complexe souterrain de Luna, aspirant les cuves amniotiques contenant les Primarques pour les envoyés sur vingt planètes différentes de la galaxie, hors de portée de l’Empereur.

Mais cette tragédie ne découragea pas le maître de Terra qui disposait toujours des séquences génétiques des différents Primarques, et les utilisa pour créer sa nouvelle armée de surhommes : les spaces marines. Il organisa ces soldats en vingt légions, chacune composée d’individus partageant une part du génome d’un primarque en particulier. L’ensemble de ces légions fut nommé l’Adeptus Astartes et chacune d’entre elle reçut un nom et un numéro. Nous marquons entre parenthèses le nom de leurs primarques respectifs, et nous précisons également les allégeances qu'ils prirent durant l'Hérésie d'Horus (voir dans les chapitres suivants), les loyalistes étant écrits en vert et les "traîtres" en rouge :

I. Dark Angels (Lion El’Johnson)
II. (archives effacées suite à l’Hérésie d’Horus)
III. Emperor’s Children (Fulgrim)
IV. Iron Warriors (Perturabo)
V. White Scars (Jagatai Kan)
VI. Space Wolves (Leman Russ)
VII. Imperial Fists (Rogal Dorn)
VIII. Night Lords (Konrad Curze)
IX. Blood Angels (Sanguinus)
X. Iron Hands (Ferrus Magnus)
XI. (archives effacées suite à l’Hérésie d’Horus)
XII. World Eaters (Angron)
XIII. Ultramarines (Roboute Guilliman)
XIV. Death Guard (Mortarion)
XV. Luna Wolves (Horus)
XVI. Word Bearers (Lorgar)
XVII. Salamander (Vulkan)
XVIII. Raven Guard (Corax)
XIX. Alpha Legion (Alpharius et Omegon, deux frères jumeaux)


La création de ces légions se déroula sans incident et d’énormes effectifs de ces super-guerriers furent créés sur Luna, chaque légion comptant plusieurs milliers de space marines. Ces soldats font une hauteur moyenne de 2m30 et possèdent une stature plus qu’imposant, une force de colosse, deux cœurs et trois poumons, ainsi qu’une immunité à la plupart des poisons connus par l’Empereur. Equipés avec des armures énergétiques imposantes leur donnant l’allure de dieux de la guerre, ils étaient prêts à conquérir la galaxie au moindre ordre de l’Empereur. En plus des vingt légions, l’Empereur créa également 300 autres spaces marines qui devinrent les membres de sa garde Custodes pour l’escorter où qu’il aille. Les membres de cette garde étaient les seuls à pouvoir pénétrer le palais impérial situé sur Terra, même les plus hauts seigneurs de la planète ne pouvant en franchir l’entrée.

Pendant la période d’attente qui suivit la création des légions de spaces marines, l’Empereur se rendit sur Mars pour conclure une alliance solide avec le Culte Mechanicus qui se prosterna immédiatement devant lui. En effet, l’une des prophéties de la religion des adeptes de Mars parlait de l’arrivée de l’Omnimessie, l’envoyé du Dieu-Machine qui les guiderait à travers les étoiles. Nous ignorons si cette prophétie est une invention du Void Dragon pour influencer les décisions des techno-mages, mais quoi qu’il en soit c’est probablement à ce moment-là que l’Empereur emprisonna le C’Tan dans le Noctis Labyrinth. Le fait que cela n’ait pas déclenché une guerre avec le Culte Mechanicus, qui en rejoignant l’Imperium devint l’Adeptus Mechanicus, signifie deux choses : d’abord c’est dans le secret le plus total que l’Empereur emprisonna le Void Dragon, et ensuite les techno-mages ignoraient totalement la nature de celui qu’ils appelaient le Dieu-Machine. Il est fort probable que le Void Dragon ait utilisé un intermédiaire ou tout autre subterfuge pour s’adresser aux techno-mages, quoi qu’il en soit nous ne pouvons pas expliquer clairement cette partie de l’histoire et nous nous en excusons.

Les tempêtes Warp entourant le système solaire disparurent brusquement lors de la Chute des eldars en 28.812 (M29), lorsque naquirent Slaanesh et l’œil de la Terreur. L’onde psychique du jeune dieu du Chaos étant dirigée vers les eldars, les humains ne la ressentirent même pas mais il est possible que l’Empereur l’ait quelque peu perçu. Maintenant que le voyage dans le Warp était de nouveau possible, il lança ses légions à travers la galaxie pour unifier toutes les autres colonies humaines qui avaient été créées durant l’Exode Stellaire. Dans le même temps, il partit lui-même à la recherche des Primarques disparus afin de donner à ses légions les dignes commandants qu’ils méritaient.

_________________
"L'ignorance est la plus grande faiblesse de l'humanité. Un homme peut mener une vie honnête sans être conscient de la corruption qui l'entoure, mais cela ne fait pas de lui un homme vertueux, seulement une recrue potentielle pour les apôtres du Chaos. La véritable vertu, c'est d'être parfaitement conscient de tous les maux qui gangrènent notre société à tous les échelons de son organisation et de ne pas y succomber pour au contraire les combattre. Seulement ainsi, un homme peut être considéré comme un véritable serviteur de l'Empereur."
Asphar Hugel Silverstein
Loi de Murphy n°40 : Les objectifs qui valent la peine qu'ont s'y attaque prouvent leur valeur en ripostant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wh40k-hullerstorm.forumgratuit.org
Asphar Silverstein
Admin
Admin
avatar

Messages : 218
Date d'inscription : 28/11/2010
Age : 31
Localisation : Citadelle de l'Inquisition, Exodius (Hullorden)

Feuille de héros
Nom: Asphar Silverstein
Niveau: 60
Échelon: Seigneur Inquisiteur

MessageSujet: Re: Histoire de Warhammer 40.000   Jeu 2 Déc - 19:17

LA GRANDE CROISADE


Cette période de l'histoire voit l'humanité être à nouveau unifiée par les efforts de guerre des légions Space Marines aidées par les immenses effectifs de la Garde Impériale et des fabuleuses machines de guerre de l'Adeptus Mechanicus. Car en effet, même si certaines planètes humaines entretenaient les légendes parlant du peuple de Terra qui reviendra un jour, beaucoup d'autres colonies ont complètement oublié leur histoire ancienne au cours des millénaires qui se sont déroulé pendant l'Ere des Luttes, certaines ayant même volontairement tourné le dos à leurs origines et sont devenues hostile à toute intervention extérieure. Il fallut donc forcer ces peuples à rentrer dans l'Imperium en leur prouvant la supériorité des Space Marines avant d'y installer un gouvernement impérial composé d'individus originaires de Terra. Il y eut également de nombreux cas où les légions de l'Adeptus Astartes se heurtèrent à des races xénos ayant asservis des colonies humaines et qu'il fallait donc anéantir pour en libéré les populations. L'Imperium ne comptait nullement s'associer avec des xénos, et donc chaque civilisation extraterrestre rencontrée au cours de la Grande Croisade fut affronté avec la même violence impitoyable afin d'agrandir le domaine de l'humanité.

L'Empereur mena lui-même ses armées sur de nombreux fronts, sa présence étant si impressionnante que ceux qui le suivaient voyaient leur force et leur volonté être décuplées. Il profita de l'avancée de ses flottes à travers la galaxie pour retrouver les Primarques qui avaient été dispersés à travers la galaxie. Chaque Primarque a vécu une histoire unique sur la planète où il se trouvait et tous sont devenus des êtres de grande importance parmi la population de ces mondes. Les découvertes et retrouvailles de l'Empereur et de ses premiers fils sont toutes différentes et sont assez longues à décrire, donc nous parlerons de cela plus en détail dans un autre topic de cette section, nommée « Histoire des Légions et Primarques Space Marines ». Pour la plupart d'entre eux, il se présenta à eux et leur demanda de partir avec lui pour commander les légions Space Marines et chacun des Primarques qu’il retrouva finit par accepter de le rejoindre. Apparemment seuls deux Primarques n’ont pas été retrouvés, et nous ignorons s’ils sont morts ou si l’Empereur n’a pas réussi à les retrouver, ce qui serait étrange si l’on considère qu’il peut ressentir leur présence dans le Warp. Petite anecdote pour les connaisseurs : l’un de ces deux Primarques disparus semble être Sigmar, l’empereur des humains dans le monde de Warhammer Battle (l’équivalent de Warhammer 40.000 mais en héroïc fantasy avec des nains, des elfs et tout le reste), ce qui montrerait le lien entre les deux histoires.

A chaque fois qu’une légion de Space Marines retrouvait son Primarque, elle cessa de recruter ses nouveaux membres sur Terra afin de les recruter plutôt sur la planète où a été retrouvé leur Primarque, partageant ainsi encore plus les caractères de leur chef. Ainsi, il y eut un profond changement des légions au fur et à mesure que les Primarques étaient retrouvés, que ce soit au niveau de leur comportement ou de leur allégeance. Les Space Marines originaires de Terra obéissaient d’abord à l’Empereur tandis que ceux recrutés sur le monde de leur Primarque avaient tendance à obéir d’abord à ce même Primarque. Chaque légion développa des tactiques et des aptitudes uniques qui les démarquèrent les unes des autres : les Thousand Sons de Magnus le Rouge étudièrent la magie du Warp plus que n’importe qui, leurs rangs comptant un nombre incroyable de psyker, tandis que les Space Wolves de Leman Russ devinrent de vraies bêtes sauvages empruntant parfois bien plus du loup que de l’homme ; les Imperial Fists de Rogal Dorn se spécialisèrent dans la construction de forteresses imprenables tandis que les Iron Warriors de Perturabo démontrèrent une aptitude inégalée à prendre même les meilleurs fortifications. Nous n’allons pas décrire ici toutes les particularités de chaque légion, ces caractéristiques étant plutôt développées dans le topic Histoire des Légions et Primarques Space Marines.

Lorsque l’Empereur eu retrouvé tous les Primarques, à l’exception des deux disparus, il se retira sur Terra pour travailler sur un projet d’une extrême importance : il comptait étudier la technologie de la Toile des eldars et trouver le moyen de l’utiliser pour permettre à l’humanité de se déplacer beaucoup plus rapidement à travers son empire. La légion des Imperial Fists du Primarque Rogal Dorn retourna également sur Terra pour fortifier la planète et devenir la légion protectrice du système Sol, opérant depuis l’énorme station spatiale Phalanx que Dorn avait offert à l’Empereur lors de leurs retrouvailles et dont les dimensions sont celles d’une petite lune. Pour prendre sa succession comme commandant suprême des armées de la Grande Croisade, l’Empereur désigna le Primarque Horus qui reçut alors le titre de Maître de Guerre, celui à qui toutes les autres légions devaient obéir comme s’il était le représentant de l’Empereur. Pour marquer ce changement et cet honneur, la légion des Lunar Wolves changea de nom pour devenir les Sons of Horus. Placées sous ses ordres, toutes les légions continuèrent la Grande Croisade avec une ardeur certes moindre à cause de l’absence de l’Empereur à leurs côtés, mais Horus savait comment user au maximum des particularités de chaque légion. Il conquit un nombre phénoménal de planète au cours des siècles qui suivirent, et pendant un temps il sembla que rien ne pouvait empêcher l’humanité de devenir la race dominante de cet univers.

_________________
"L'ignorance est la plus grande faiblesse de l'humanité. Un homme peut mener une vie honnête sans être conscient de la corruption qui l'entoure, mais cela ne fait pas de lui un homme vertueux, seulement une recrue potentielle pour les apôtres du Chaos. La véritable vertu, c'est d'être parfaitement conscient de tous les maux qui gangrènent notre société à tous les échelons de son organisation et de ne pas y succomber pour au contraire les combattre. Seulement ainsi, un homme peut être considéré comme un véritable serviteur de l'Empereur."
Asphar Hugel Silverstein
Loi de Murphy n°40 : Les objectifs qui valent la peine qu'ont s'y attaque prouvent leur valeur en ripostant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wh40k-hullerstorm.forumgratuit.org
Asphar Silverstein
Admin
Admin
avatar

Messages : 218
Date d'inscription : 28/11/2010
Age : 31
Localisation : Citadelle de l'Inquisition, Exodius (Hullorden)

Feuille de héros
Nom: Asphar Silverstein
Niveau: 60
Échelon: Seigneur Inquisiteur

MessageSujet: Re: Histoire de Warhammer 40.000   Sam 4 Déc - 9:43

L’HERESIE D’HORUS


Mais les puissances du Chaos ne s'avouèrent pas facilement vaincues. Elles chuchotèrent à partir du Warp dans les esprits des Primarques, agitant leurs rêves par des promesses de puissance, aiguillonnant leur orgueil, leurs prouesses martiales et leur courage. Aucun Primarque n'était à l'abri de ces tentations muettes. La personnalité de chacun fut mise à l'épreuve, et 9 d'entre eux faillirent. Leurs tentations étaient tellement subtiles qu'ils ne se doutèrent jamais eux-mêmes qu'ils étaient en train de changer de camp. Ainsi Mortarion, Primarque de la Death Guard était intimement persuadé d'être le nouveau héraut d'un âge de justice. Angron des World Eaters pensait que lui seul pouvait sauver l'humanité de la destruction. Horus aussi, le plus grand d'entre eux, était convaincu des vertus de l'idéologie martiale pour laquelle il se battait.

Leur vertu et leur courage excités, les Primarques furent tentés d'utiliser leurs légions contre l'Empereur. A l'origine, même les Primarques n'étaient que très peu conscient d'être tombés sous l'emprise du Chaos, mais lorsqu'ils se rebellèrent, leurs bonnes intentions s'évanouirent progressivement alors que le Chaos saturait leurs âmes. Les légions Space Marines qu'ils commandaient se tournèrent elles aussi lentement mais inexorablement vers le Chaos. Son influence corruptrice se répandit rapidement dans la Garde Impériale de l'époque et les forces de l'Adeptus Mechanicus, y compris les légions titaniques et la Legio Cybernetica. De là, la corruption s'enfonça plus profondément dans l'Imperium. Plus de la moitié de l'Adeptus Mechanicus était prête à rejoindre un empire inféodé au Chaos.

Le chef de la rébellion était Horus le Maître de Guerre, le plus grand des Primarques et le plus écouté. Il s'était tenu aux cotés de l'Empereur pendant les longues années de la Grande Croisade. Ils s'étaient battus dos à dos lors du siège de Reillis où l'Empereur sauva la vie d'Horus. Sur le champ de bataille de Gorro, Horus avait payé sa dette en tranchant le bras d'un ork fou furieux qui s'apprêtait à prendre la vie du Héros de l'Humanité. Ce dernier avait une telle confiance en Horus qu'il l'avait laissé poursuivre seul la Grande Croisade vers le bras oriental alors que lui-même retournait sur Terra pour consolider le vaste Imperium dont il avait gagné le contrôle.

En l'absence de l'Empereur, les plans d'Horus allaient porter leurs fruits lorsque le Commandeur Impérial d'Istvaan III déclara tout son système solaire principauté indépendante. L'Empereur, ignorant qu'Horus n'était plus le même, lui ordonna de pacifier ce système. Horus profita de cette bataille pour éliminer tous les spaces marines originaires de Terra parmi les légions qui l’accompagnait, les envoyant à la surface avant d’effectuer un bombardement bactériologique associé à une tempête de feu meurtrière. En quelques minutes, les virus dévorèrent toute forme de vie à la surface d'Istvaan III, douze milliards d'individus périrent dans un hurlement d'agonie qui résonna fortement dans le Warp. Des continents entiers et des ruches furent réduits en cendres lorsque l'oxygène libérée par la décomposition instantanée de la matière organique de la planète embrasa l'atmosphère et recouvrit tout le globe d'un gigantesque brasier qui brûla plusieurs jours. Avant que les derniers incendies ne soient éteints, Horus dépêcha les titans de la Legio Mortis à la surface de la planète pour traquer et exterminer les survivants terrés dans des abris ou des bunkers souterrains.

Durant le bombardement, une poignée de Space Marines restés loyaux à l'Empereur s'emparèrent de la frégate Eisenstein. Ils avaient reconnu la marque du Chaos dans les ordres d'Horus et, lorsque le Maître de Guerre se replia sur Istvaan V pour regrouper ses forces, les loyalistes plongèrent dans le Warp pour alerter l'Imperium.

La félonie d'Horus laissa l'Empereur abasourdi. II hésita, stupéfait par l'ampleur de la trahison du Maître de Guerre, incapable de croire que son ami et général avait réellement monté ses troupes contre lui. L'Inquisition commença une purge au sein de l'Adeptus Mechanicus et de la Garde Impériale mais des combats éclatèrent presque immédiatement alors que ces organisations éclataient en deux factions : loyalistes et rebelles. Sur Mars, les technoprêtres s'affrontèrent avec d'antiques armes interdites, chaque camp tentant de prendre le dessus.

L'Imperium corrompu éclata, de vieilles rivalités resurgirent et des seigneurs planétaires ambitieux saisirent l'occasion pour proclamer leur indépendance ou se rallièrent au Maître de Guerre. Nombre d'entre eux ne réalisaient pas dans quels bras monstrueux ils se jetaient, mais d'autres rejoignirent le Chaos en parfaite connaissance de cause. Des batailles à l'échelon planétaire ravagèrent toute la galaxie, les rebelles attaquant les loyalistes et vice-versa. La flotte impériale parvint à repousser les vaisseaux rebelles hors du système solaire mais elle subit de telles pertes dans ces opérations qu'elle dut se replier sur ses bases lunaires.

Avec un retard qui lui fut presque fatal, l'Empereur ordonna à sept légions de l'Adeptus Astartes de détruire Horus et ses rebelles. Avec la mort d'Horus, chef de file et inspirateur de la rébellion, celle-ci s'éteindrait d'elle-même. Mais organiser une telle croisade prit de précieux mois. Horus exploita ce temps à son profit, consolidant ses positions et s'imposant comme le "Nouvel Empereur" sur des centaines de systèmes. Partout où Horus était accepté, les rites du Chaos suivaient.

L'assaut des légions loyalistes contre les places fortes d'Horus sur Istvaan V fut un désastre. Les légions foncèrent avec leur férocité habituelle, mais cette fois les adversaires étaient aussi des Space Marines. Chaque camp possédait des troupes aussi compétentes et endurcies que l'adversaire, chaque stratagème ou plan était contré. Finalement, la stratégie fut vaincue par la traîtrise lorsque la vague initiale de trois légions loyalistes fut cueillie à l'atterrissage et massacrée. Seuls cinq marines, portant les implants génétiques de leurs frères tombés, parvinrent à s'échapper et apportèrent à l'Empereur la nouvelle de la défaite. D'une manière ou d'une autre, Horus était parvenu à corrompre quatre des sept légions lancées contre lui. Après le débarquement initial, les vagues d'assaut suivantes avaient attaqué leurs alliés au lieu des rebelles.

Horus contrôlait maintenant neuf légions et avait détruit trois des légions restées loyales. A travers tout l'Imperium, loyalistes et rebelles se livraient un combat sans merci, cependant la faveur des événements changeait peu à peu de camp, devenant favorable à l'Empereur. Horus savait que s'il parvenait à écraser le cœur de la résistance impériale, il pourrait remodeler tout l'Imperium à son image pervertie. Il ordonna donc un assaut direct contre Terra.

L'Hérésie d'Horus provoqua la ruine non seulement des Primarques et des Space Marines, mais de l'œuvre impériale dans son ensemble. Les rebelles répandirent la mort et la destruction, mais bien pire que cela, ils répandirent la corruption partout où ils passèrent. A travers toute la galaxie, les troupes du Chaos se renforçaient alors que des humains étaient séduits, parfois jusqu'à l'adoration, par les valeurs que représentaient les puissances du Chaos. Le grand esprit de l'Empereur fut affaibli par la perversion des grandes qualités de l'humanité et leur détournement par les subtiles influences que le Chaos déversait par l'intermédiaire du Warp.

Telle était la situation lorsque les forces du Chaos encerclèrent la Terre. Les bases lunaires, bastion des forces de défense de la planète tombèrent après de durs combats et la flotte rebelle gagna l'orbite terrestre. Les défenses furent rapidement écrasées par un bombardement intensif. Les dernières escadrilles de pilotes loyalistes tirèrent salve après salve contre les énormes vaisseaux, mais ne réussirent même pas à pénétrer leurs boucliers. Apres avoir épuisé toutes leurs munitions, ils jetèrent leurs chasseurs directement sur les navires ennemis. Ce fut un ultime geste de défi, rien de plus.

Les navettes de débarquement d'Horus tombèrent comme la pluie sur le Palais Impérial, déversant des flots de Space Marines rebelles. Le palais s'étendait sur plusieurs kilomètres carrés de bastions, de murs d'enceinte, de couloirs, et d'astroports, et les combats furent implacables. Les marines renégats et les unités rebelles de la Garde Impériale, appuyés par les titans du Chaos et les immenses machines démons, repoussèrent peu à peu les marines loyalistes et la Garde de l'Empereur. Les défenseurs refusèrent d'abandonner, et les assaillants durent se frayer un passage mètre après mètre avec de lourdes pertes de chaque côté. A certains endroits, les cadavres s'amoncelaient si rapidement qu'ils bloquaient les couloirs. Les loyalistes ne pouvaient pas empêcher la bataille de se transformer en siège, et les combats firent rage le long des murs d'enceinte pendant plus d'un mois. Finalement, les titans de la Legio Mortis ouvrirent des brèches dans les murs gigantesques, et les légions renégates s'élancèrent à l'assaut du palais intérieur.

Alors que les forces rebelles prenaient peu à peu le dessus sur les troupes loyalistes, l'Empereur lui-même et ses gardes du corps Space Marines et Custodes se préparaient à l'affrontement final. Deux des Primarques se tenaient à ses côtés : Rogal Dorn des Imperials Fists et Sanguinius des Blood Angels. Les dernières heures de l'humanité avaient sonné et ses ultimes défenseurs se préparaient à une mort certaine. Et c'est à ce moment, alors que la victoire lui semblait acquise, qu'Horus fit son unique erreur.

Il abaissa les boucliers de défense de sa barge de bataille alors en orbite, semblant vouloir envoyer une sonde psychique pour savourer les derniers instants de l'Empereur. Et cela provoqua sa perte car, dès que l'écran fut abaissé, l'Empereur fut conscient de sa présence et ne rata pas l'occasion. En quelques secondes, les téléporteurs se focalisèrent sur la barge d'Horus et l'Empereur, sa garde personnelle et les deux Primarques loyaux furent transportes en plein cœur du repaire d'Horus.

Horus était le plus grand des champions du Chaos, un archi-héros, capitaine des Grandes Puissances, un seigneur du Chaos du plus haut rang. Lorsque l'Empereur et les siens se matérialisèrent dans la barge de combat d'Horus, ils saisirent toute la portée de la trahison du Primarque. Le vaisseau avait été transformé en quelque chose de tellement horrible que certains des Space Marines sombrèrent instantanément dans la folie. Leurs esprits furent immédiatement balayés par ce qu'ils virent, puis ils s'écroulèrent en proie à des convulsions. Des visages d'hommes et de démons les regardaient du milieu des cloisons, ils n'avaient plus de corps, leurs chairs se mélangeaient aux murs noirs et visqueux. Avec un bruit dégoûtant de succion, des créatures se traînaient le long des couloirs, tentant d'attraper les intrus avec leurs pinces.

Ils ne mirent que quelques minutes à atteindre la passerelle, bien que de nombreux braves moururent dans ce temps et qu'innombrables furent ces choses plus très humaines qui périrent par les flammes et les projectiles des bolters. Là, sur la passerelle, l'Empereur se retrouva face à son ancien Maître de Guerre, pour découvrir Horus dominant le corps sans vie de Sanguinius. Le Primarque avait débusqué Horus avant les autres et était mort de ses mains.

L'Empereur lança son attaque, cette lutte entre les deux vieux amis était en réalité un combat pour la destinée de l'humanité. Chacun savait que celui des deux qui survivrait régnerait sur la galaxie et deviendrait l'Empereur incontesté des hommes. Si Horus gagnait le combat, alors le Chaos prendrait le pouvoir et l'humanité rejoindrait les eldars dans le panthéon des races perdues.

Le combat contre Horus se déroula à la fois dans l'univers matériel et dans le Warp, corps et esprits se battaient pour leur survie. Horus infligea de terribles blessures à l'Empereur, mais ce dernier se battait non seulement pour lui-même, mais aussi pour les innombrables milliards d'êtres de la galaxie, qui ne voulaient pas être souillés par le Chaos. Et Horus flancha le premier, peut-être à cause de quelques restes d'humanité qui survivaient chez le Primarque et qui finalement le trahirent. L'Empereur acheva son ancien ami avec les toutes dernières forces de son corps mortellement blessé et de ses pouvoirs psychiques sévèrement affaiblis.

Les forces du Chaos engagées sur Terre se désagrégèrent avec la mort d'Horus. Ceux qui n'étaient que depuis peu sous l'emprise du Chaos furent libérés et changèrent rapidement de camp, se battant avec encore plus de vigueur dans le but de racheter leur trahison. D'autres, dont la corruption était plus avancée, voyant que tout était perdu, se replièrent vers leurs vaisseaux et fuirent en direction de l'espace. Le corps de l'Empereur fut rapidement rapatrié sur Terre et placé dans un champ de stase pour le maintenir en vie.

On construisit rapidement une machine appelée le Trône d'Or destinée à maintenir en vie l'Empereur et celui-ci fut placé à l'intérieur en toute hâte. Ses pouvoirs étaient toujours actifs, mais son corps était trop meurtri. Au tout début, il fut capable de communiquer d'une manière presque cohérente pendant de courtes périodes, mais il sombra ensuite dans un silence total. Ce silence est ininterrompu depuis presque dix mille ans. La seule chose qui montre qu’il est encore en vie est son rayonnement dans le Warp, plus puissant que celui de n’importe quel psyker. Cette lumière est si forte qu’elle peut être aperçue dans l’Immaterium depuis n’importe quelle partie de la galaxie, et agit comme un phare pour les navigateurs humains qui cherchent à s’orienter dans le Warp. Cette lumière fut nommée l’Astronomican, et sa disparition signifierait en même temps la mort de l’Empereur et l’incapacité totale des navigateurs à se repérer durant leurs voyages.

_________________
"L'ignorance est la plus grande faiblesse de l'humanité. Un homme peut mener une vie honnête sans être conscient de la corruption qui l'entoure, mais cela ne fait pas de lui un homme vertueux, seulement une recrue potentielle pour les apôtres du Chaos. La véritable vertu, c'est d'être parfaitement conscient de tous les maux qui gangrènent notre société à tous les échelons de son organisation et de ne pas y succomber pour au contraire les combattre. Seulement ainsi, un homme peut être considéré comme un véritable serviteur de l'Empereur."
Asphar Hugel Silverstein
Loi de Murphy n°40 : Les objectifs qui valent la peine qu'ont s'y attaque prouvent leur valeur en ripostant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wh40k-hullerstorm.forumgratuit.org
Asphar Silverstein
Admin
Admin
avatar

Messages : 218
Date d'inscription : 28/11/2010
Age : 31
Localisation : Citadelle de l'Inquisition, Exodius (Hullorden)

Feuille de héros
Nom: Asphar Silverstein
Niveau: 60
Échelon: Seigneur Inquisiteur

MessageSujet: Re: Histoire de Warhammer 40.000   Sam 4 Déc - 9:44

LA POURSUITE DES TRAÎTRES ET LA DISPARITION DES PRIMARQUES


La nouvelle de la défaite du Maître de Guerre se répandit et les défenseurs loyalistes de Terra se jetèrent contre les rebelles avec une vigueur renouvelée. Pour couronner le tout, des nouvelles arrivèrent sur des renforts loyalistes en approche (notamment les légions des Space Wolves et des Dark Angels) et le sort des combats bascula résolument en défaveur des rebelles. Les combats se poursuivirent cependant d'une manière acharnée pendant sept années complètes avant que le dernier bastion fut écrasé et les dernières unités rebelles détruites ou définitivement repoussées. Ceux parmi les rebelles qui réussirent à le faire s'enfuirent vers l'Œil de la Terreur, terminant de sceller leur allégeance envers les Puissances de la Ruine.

L'avenir de l'Imperium assuré, l'Empereur prononça sa sentence contre les rebelles. Ils avaient trahi sa confiance et avaient pactisé avec des démons. Ils étaient devenus les ennemis de l'humanité et furent désignées Excommunicate Traitoris, signifiant qu’ils étaient bannis à jamais de l'Imperium. Tout souvenir des Légions Renégates serait effacé et elles seraient exilées dans la nébuleuse gazeuse de l'Œil de la Terreur, chassées de l'univers matériel et oubliées de l'histoire de l'humanité, comme si elles n'avaient jamais existé.

Cette décision servait la vengeance de l'Empereur tout en faisant preuve de réalisme. L'Imperium était à ce moment tellement affaibli par sa guerre intestine qu'aucune autre mesure n'était envisageable. Mais l'Œil de la Terreur est resté depuis une profonde blessure au cœur de l'Imperium, une plaie ouverte déversant la corruption vers les systèmes environnants et servant de refuge à tous les déviants et les hérétiques. Pire que tout, les Légions Renégates s'y trouvent toujours, brûlant de haine envers l'Empereur, l'Imperium et l'humanité.

Les Primarques reprirent le flambeau de l'Empereur et reconstruisirent l'Imperium en ruine. Roboute Guilliman, le primarque des Ultramarines rédigea le Codex Astartes et réorganisa les chapitres Spaces Marines en plus petites unités d'environ mille combattants, afin que plus jamais un seul être ne possède un pouvoir suffisant pour plonger l’Imperium dans une telle guerre civile. La rédaction du Codex Astartes provoqua alors la seconde fondation, dans laquelle chaque légion loyaliste se divisa en plusieurs chapitres d’un millier de space marines. Certaines légions avaient subi d’énormes pertes durant l’Hérésie d’Horus et engendrèrent donc la naissance de nettement moins de chapitres par rapport à d’autres. La légion qui forma le plus de chapitre fut celle des Ultramarines qui avaient toujours été les plus nombreux parmi les space marines. Afin de diriger l’Imperium, l’Empereur n’étant plus en état de le faire, le conseil des Hauts Seigneurs de la Terra fut mis en place. C’est également à ce moment-là que se créa le culte impérial avec la fondation de l’Adeptus Ministorium, qui considérait l’Empereur comme une entité divine qu’il fallait vénérer pour qu’il accorde à l’humanité sa bienveillance contre les ennemis de l’Imperium. Cette religion se répandit très rapidement à travers l’empire humain, devenant presque une obligation pour la population. C’est ainsi que se forma l’Imperium tel que nous le connaissons aujourd’hui.

Concernant le destin des Primarques loyalistes, ils finirent tous par disparaître, laissant leurs légions orphelines :

  • Sanguinus des Blood Angels était déjà mort durant la bataille de Terra, cette mort marquant sa légion d’une malédiction du sang qui perdurent encore aujourd’hui
  • Ferrus Magnus, lui, avait déjà été tué par le primarque Fulgrim des Emperor’s Children durant la bataille d’Istvaan Dorn mourut pendant un affrontement contre une flotte de space marines renégats
  • Jagataï Kan des White Scars poursuivit des eldars noirs au sein de la Toile et s’y retrouva piégé pour l’éternité
  • Vulkan des Salamanders partit pour une destination inconnu et ne revint jamais, tout comme Leman Russ des Space Wolves qui partit à la recherche de l’Arbre de Vie pour guérir l’Empereur
  • Corax de la Raven Guard partit seul dans l’œil de la Terreur où il mourut probablement
  • Lion El’Johnson des Dark Angels retourna sur son monde-forteresse de Caliban pour être attaqué par les membres de sa légion laissée là-bas et fut mortellement blessé par son commandant en second, Luther, qui a fui avec ses fidèles que l’on nomme désormais les Déchus
  • Roboute Guilliman, quant à lui, fut empoisonné par Fulgrim et placé en chambre de stase sur son monde-forteresse d’Ultramar, mais aucune science de la médecine ne parvint à le soigner, d'autant que la vie semble l'avoir presque entièrement quitté.

Depuis, les chapitres space marines et les autres forces de l’Imperium tentent d’empêcher que l’humanité ne soit détruite par les xénos, les hérétiques ou les forces du Warp qui ont gagné en puissance.

C’est dans cet univers que nous nous trouvons actuellement, près de dix mille ans après l’Hérésie d’Horus.

_________________
"L'ignorance est la plus grande faiblesse de l'humanité. Un homme peut mener une vie honnête sans être conscient de la corruption qui l'entoure, mais cela ne fait pas de lui un homme vertueux, seulement une recrue potentielle pour les apôtres du Chaos. La véritable vertu, c'est d'être parfaitement conscient de tous les maux qui gangrènent notre société à tous les échelons de son organisation et de ne pas y succomber pour au contraire les combattre. Seulement ainsi, un homme peut être considéré comme un véritable serviteur de l'Empereur."
Asphar Hugel Silverstein
Loi de Murphy n°40 : Les objectifs qui valent la peine qu'ont s'y attaque prouvent leur valeur en ripostant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wh40k-hullerstorm.forumgratuit.org
Olivia Mira Goldstein
Admin
Admin
avatar

Messages : 90
Date d'inscription : 16/12/2010
Age : 31
Localisation : Porte de Thelios, Trojank

Feuille de héros
Nom: Olivia Mira Goldstein
Niveau: 60
Échelon: Colonel

MessageSujet: Re: Histoire de Warhammer 40.000   Dim 14 Aoû - 17:21

LA NAISSANCE DE L'ÉCCLESIARCHIE ET LE RÈGNE DU SANG




LES FONDATEURS DE LA FOI
Après l'ultime sacrifice de l'Empereur, l'Imperium fut submerge par une vague d'adoration et de vénération pour son défunt guide. Des prophètes et des devins apparurent sur chaque monde et des cultes ne tardèrent pas a voir le jour sous l'impulsion de ces individus à l'inspiration divine. Il n'y avait ni organisation ni contrôle et, sur une même planète, des centaines de dogmes pouvaient se côtoyer, chacun d'entre eux pratiquant ses rites et interprétant la volonté de l'Empereur d'une manière différente.
Comme c'est fréquemment le cas dans de telles situations, le culte le plus fort se développa et prospéra alors que les plus petits et les plus faibles tombèrent en désuétude ou furent absorbes par des sectes plus importantes. Des compromis d'interprétation furent trouves et, lentement, de nombreux cultes s'unirent. Bien que beaucoup de planètes aient déjà plusieurs religions, certains cultes voulurent se répandre au delà de leur monde d'origine, leurs fidèles voyagèrent vers d'autres étoiles pour propager leur foi. Celui qui eut le plus de succès fut le Temple du Sauveur.



LE TEMPLE DU SAUVEUR
Le Temple du Sauveur possédait un certain nombre d'avantages sur ses rivaux. D'abord, il était base sur Terra, la planète impériale, le berceau de la race humaine et le lieu ou demeure l'Empereur lui-même. Ensuite, son chef était un ancien officier de la Garde Impériale respecte et décoré qui avait participe a la défense du palais impérial. Il prétendait recevoir ses instructions de l'Empereur en personne qui lui apparaissait en rêve et au cours de visions. Son vrai nom s'était depuis longtemps effacé des mémoires mais il s'était lui-même renomme Fatidicus, ce qui signifie "prophète" dans l'une des anciennes langues de la Terre. Fatidicus réunit de nombreux disciples parmi les forces impériales sur Terre, des humbles clercs ou scribes aux officiers de la Garde Impériale et aux commandeurs de la flotte, le Temple du Sauveur accueillait tout le monde.
Comme le temps passait et que ses fidèles se répandaient dans tout l'Imperium pour accomplir leurs devoirs, l'influence du Temple du Sauveur se développa. Les officiers de l'armée et de la flotte initiaient leurs hommes, des missionnaires zélés parcouraient la galaxie, enseignant leurs rites et leurs doctrines a qui voulait les entendre. Ils utilisaient leurs immenses talents pour absorber lentement les croyances de ceux qu'ils rencontraient tout en imposant doucement les dogmes du Temple du Sauveur. Fatidicus mourut a l'âge respectable de cent vingt ans en laissant plus d'un milliard de fidèles sur la Terre et d'innombrables autres convertis a travers le Segmentum Solar.
En de nombreux endroits, l'Imperium était encore affaibli en raison de l'anarchie déclenchée par l'Hérésie d'Horus et le Temple du Sauveur représentait une force unificatrice capable d'allier aujourd'hui les ennemis d'antan. Les sectes ri ayant pas voulu, ou pas pu, suivre la voix tracée par le Temple, subirent une destruction politique et économique totale. La population reçut l'ordre de chasser les infidèles, ce qui, sur de nombreux mondes, ne se fit pas sans violence.
Le Temple du Sauveur ne cessait de croître, condamnant toujours et de manière claire les débordements et les excès commis en son nom. Le processus d'intégration et d'absorption continua jusqu'au début du 32eme millénaire, au moment ou les deux tiers de l'Imperium étaient unis sous ses ordres. Sur Terra, les seuls a ne pas appartenir au Temple étaient les Space Marines et les disciples du Culte Mechanicus, qui continuaient de suivre leurs propres traditions religieuses.
Des le début du 32eme millénaire, le Temple du Sauveur fut déclaré religion officielle de l'Imperium et rebaptise Adeptus Ministorum. Deux siècles plus tard, l'Ecclesiarque Veneris II fut nomme Haut Seigneur de Terra. Durant les trois siècles qui suivirent, l'importance de l'Ecclésiarchie augmenta de telle façon que le siège de l'Ecclesiarque au conseil des Hauts Seigneurs devint permanent.



LA DOMINATION DE L'ADEPTUS MINISTORUM
Avec le soutien de l'Adeptus Terra, l'Ecclésiarchie continua de raffermir sa mainmise sur les citoyens et les soldats impériaux. Tous ceux qui refusaient de rejoindre les rangs du Ministorum étaient déclarés infidèles. Ils étaient bannis de leur communauté ou même exécutés pour hérésie. L'Adeptus Ministorum divisa l'Imperium en zones baptisées diocèses, placées sous le contrôle de cardinaux qui dirigeaient leurs précheurs et leurs missionnaires sur des centaine de mondes.
Comme la taille du Ministorum ne cessait de croître, toute une partie de cette organisation dut être vouée à la logistique et a la gestion de cette colossale administration. Des diacres et des archidiacres coordonnaient la construction des temples et des sanctuaires et déclaraient obligatoires la perception de la dîme et de l'entretien par les fidèles des majestueux édifices qui s'élevaient dans tout l'Imperium.
Un seul autre ordre religieux s'opposait au pouvoir de l'Ecclésiarchie. Fondée sur la planète Dimmamar, la Confédération de la Lumière était un ordre repentant, prêchant que le sacrifice de l'Empereur devait servir d'exemple. La pauvreté et l'humilité qu'il professait étaient en totale contradiction avec les enseignements de l'Ecclésiarchie. Pour le Ministorum, les offrandes devaient être consenties par les citoyens, pas pour la Confédération. La Confédération de la Lumière était puissante et les missionnaires du Ministorum se voyaient incapables de ramener à eux les fidèles de cette secte. Finalement, l'Ecclésiarchie, avec le vote unanime des Hauts Seigneurs de Terra, déclara la première Guerre de Religion.
La Confédération de la Lumière fut déclarée hérétique. Des soldats de la flotte et de la Garde Impériale, suivis par des milliers de volontaires désireux de servir l'Empereur dans cette guerre sainte, furent levés pour éradiquer cette menace spirituelle. Bien que ses dirigeants parvinrent à s'échapper en emportant avec eux leur reliquaire, la Confédération de la Lumière cessa d'exister en tant que religion active. La domination de l'Adeptus Ministorum était totale.
A la fin du 33eme millénaire, à l'exception des mondes contrôlés par l'Adeptus Mechanicus et les Space Marines, chaque planète impériale possédait sa cathédrale dédiée à l'Empereur. Des milliers de temples se dressaient sur chaque monde, les quêtes et les dîmes versées par des milliards de fidèles remplissaient les coffres de l'Ecclésiarchie. Cet argent servait à bâtir des églises toujours plus grandes, à décorer les sanctuaires d'ornements somptueux et à mener des guerres de religions incessantes pour maintenir le contrôle du Ministorium.



LE CHEMIN DE LA DAMNATION
Le pouvoir de I'Ecclesiarchie s'immisçait dans toutes les facettes de la vie impériale. Des humbles mineurs et clercs aux Gouverneurs Planétaires et Hauts Seigneurs de Terra, en passant par les Gardes Impériaux et les officiers de la Flotte, chacun obéissait au Credo Impérial, en théorie du moins. Les Hauts Seigneurs écoutaient souvent les avis de l'Ecclesiarque car ils pensaient que l'Empereur s'exprimait par sa bouche. Le Ministorum ne fit rien pour dissiper cette conviction. Bientôt l'Ecclesiarchie dicta indirectement la loi impériale, organisa les armées, décida quelles étaient les menaces prioritaires et où distribuer les ressources impériales.
Alors que l'étau de l'Ecclesiarchie se resserrait, des éléments de l'Imperium s'élevèrent contre cet abus d'autorité. Dans les conseils des Hauts Seigneurs, le Fabricator General de l'Adeptus Mechanicus s'opposa à la volonté de l'Ecclésiarchie et les maîtres de chapitres Space Marines émirent aussi quelques doutes quant aux ordres impériaux. A leur suite, l'Administratum commença à lutter contre la force envahissante de l'Ecclésiarchie.
Courroucé par la perte de son influence, l'Administratum rétablit peu a peu son hégémonie a l'intérieur de l'Imperium. Ainsi commença une querelle qui dure maintenant depuis sept mille ans. L'Administratum exerça son influence en sapant l'autorité de l'Ecclesiarque, en influençant les votes aux conseils des Hauts Seigneurs et en plaçant ses fidèles a des postes clefs. A la fin du 34eme millénaire et au début du 35eme, le pouvoir de l'Ecclesiarchie vit son étoile pâlir. Suite à l'élection d'une série d'Ecclésiarques désastreusement faibles et incompétents, l'Administratum réussit à reprendre la plupart de son autorité au Ministorum. Aux yeux de la population, l'Ecclésiarchie était plus puissante et plus omnisciente que jamais, mais, dans les coulisses, c'était l'Administratum qui dictait le programme du Saint Synode.
Afin d'échapper à l'influence du Haut Seigneur de l'Administratum, l'Ecclesiarque Benedin IV déménagea le Saint Synode et les instances supérieures de l'Adeptus Ministorum sur la planète Ophelia VII, dans le Segmentum Ternpestum. Ophelia VII, l'ancien diocèse de Benedin lorsqu'il était cardinal, était probablement la planète la plus riche après Terra et Mars.
Sur Ophelia, les palais de l'Ecclésiarchie s'étendaient sur cent cinquante mille kilomètres carrés et atteignaient une hauteur de quatre mille mètres. Seul le palais impérial de la Terre rivalisait avec eux. Éloigné des ambitions de l'Administratum par une distance respectable, le pouvoir de l'Ecclesiarchie crut à nouveau. Les augmentations incessantes des dîmes enrichirent de plus en plus le Ministorum. Les cardinaux des différents diocèses rivalisèrent pour ériger les monuments les plus magnifiques, les temples et cathédrales les plus démesurés et ostentatoires. Les purges des cultes soi-disant hérétiques augmentèrent considérablement. Toute opposition à la parole de l'Ecclesiarque était impitoyablement écrasée.
Coupée de l'Adninistratum, l'Ecclesiarchie forma peu a peu ses propres flottes de vaisseaux interstellaires et se dota de forces armées. Cette Fraternité des Templiers, comme on l'appela, comptait beaucoup de navires commerciaux, de vaisseaux de guerre et une douzaine d'armées sur le pied de guerre, chacune rivalisant en force avec un régiment de la Garde Impériale. Pendant ce temps, sur Terre, les bâtiments du Ministorum, laisses à l'abandon, tombaient en ruines.
Au milieu du 35eme millénaire, près de trois cents ans après l'installation sur Ophelia VII, Greigor XI fut élu Ecclésiarque. Homme d'une profonde spiritualité, il fut celui qui relança les progrès de l'Ecclésiarchie, une force neuve pour guider le Saint Synode hors de la stagnation dans laquelle il avait peu a peu sombre. Les cardinaux essaient pourtant loin de se douter de ce qui allait advenir. Greigor annonça que l'Adeptus Ministorum retournerait sur Terre. Cette proposition fut combattue avec virulence aussi bien hors de l'Ecclésiarchie qu'en son sein, mais Greigor sentait que le véritable centre de la Religion devait être la Terre, la maison mère de l'humanité.
Nul ne put le dissuader de renoncer a cette décision. Douze années lui furent nécessaires pour organiser le retour, gérer les ressources et les besoins matériels indispensables au voyage dans le Warp, avant que les palais de l'Ecclésiarchie sur la Terre n'ouvrent a nouveau leur portes. La restauration des palais préleva une lourde ponction aux ressources déjà mises à rude épreuve de l'Ecclésiarchie. Le coût de l'installation sur Terra avait été faramineux et l'Ecclésiarchie fut contrainte d'augmenter encore les dîmes.
Alors que la reconstruction progressait, Greigor IX nmor4a d'autres changements, perçus comme radicaux par ses pairs du Saint Synode, dans la structure de l'Adeptus Ministorum. Encore une fois, il refusa de fléchir devant l'opinion mais, avant que ses innovations ne soient mises en œuvre, Greigor mourut empoisonne. Les larmes coulèrent au cours de ses funérailles (on raconte même que six millions de fidèles suivirent son catafalque) et les cardinaux lui rendirent un vibrant hommage. Néanmoins, a peine les larmes séchées et le corps de Greigor installe dans le grand Mausolée du Souvenir, un Ecclésiarque beaucoup plus conservateur fut élu et le Ministorum revint à sa politique précédente.



L'ANARCHIE
Devant les exigences toujours croissantes des cardinaux, les impôts de I'Ecclesiarchie augmentèrent encore. La population laminée par ces ponctions incessantes considéra cette nouvelle augmentation inutile et exorbitante. De nombreux mondes de l'Imperium se rebellèrent ouvertement contre l'Ecclésiarchie et refusèrent de payer tribut. Même les Gouverneurs Planétaires ne mâchèrent pas leurs mots contre les excès du Ministorum, mais leurs doléances ne furent pas écoutées.
L'Ecclésiarchie répondit par la violence. Elle envoya ses armées pour écraser tout signe de révolte. Des hauts fonctionnaires furent exécutés comme hérétiques. Alexis XXI eut recours à l'Officio Assassinorum pour éliminer plusieurs gouverneurs refusant de payer les dîmes pour pouvoir entretenir leurs Forces de Défense Planétaire. A ce propos, Alexis aurait déclaré : "Ils ont renoncé à la protection de l'Empereur pour leur propre profit terrestre". L'argent était utilisé a l'édification de temples toujours plus grands, à l'érection de statues d'anciens Ecclésiarques le long des routes planétaires et a la décoration de palais avec les métaux et les pierres les plus précieux.
Les troubles continuèrent, de violentes insurrections éclatèrent a travers l'Imperium, inévitablement réprimées par la Fraternité des Templiers de l'Ecclésiarchie. Quiconque défiait les droits de l'Ecclésiarchie était accuse d'hérésie et puni en conséquence. Beaucoup pensaient que les sanglantes méthodes de l'Ecclésiarchie dépassaient la mesure, mais le pire restait à venir.
Au moment même où l'Imperium luttait pour survivre au milieu des guérillas et en l'absence d'un véritable commandement de la Terre, des désastres supplémentaires tombèrent sur l'humanité. Au début du 36eme millénaire, la fréquence des tempêtes du Warp augmenta. Les voyages interstellaires devinrent risques et, au cours des siècles suivants, le Warp se transforma en une masse tumultueuse de tempêtes. La navigation devint difficile partout et des centaines de systèmes furent totalement isolés. Comme les ressources de l'Administratum et de l'Ecclésiarchie étaient gaspillées dans leurs luttes hégémoniques, les mondes de l'Imperium sombrèrent dans l'anarchie. Sur les rares mondes encore accessibles aux vaisseaux spatiaux, le pouvoir de l'Ecclésiarchie était brutalement imposé par les Templiers. La moindre déviation des saints décrets était considérée comme hérétique et passible du bûcher ou de la pendaison.
Profitant des bouleversements qui ravageaient l'Imperium, les raiders du Chaos surgirent de l'Œil de la Terreur pour attaquer et piller leurs anciens ennemis. Des seigneurs orks se déchaînaient sur d'immenses portions de la galaxie et personne ne pouvait les arrêter. Sur les planètes coupées de Terra, les sectes du Chaos et des genestealers déclenchaient des rebellions et renversaient les gouvernements, condamnant des mondes entiers à l'esclavage et aux massacres. Les mondes qui n'étaient pas attaques par des forces étrangères s'efforcèrent de conserver ce qu'il pouvaient mais, peu à peu, même les plus avancés durent capituler. En l'absence d'une direction centrale de l'Adeptus Ministorum, la religion de l'Empereur dégénéra comme par le passe en une kyrielle de cultes et de sectes. Durant ces temps d'épreuves, ceux qui autrefois étaient frères sous la lumière de l'Empereur se battirent les uns contre les autres pour défendre leurs propres idéaux religieux.
Sur la plupart des mondes de l'Imperium planait un malaise pré-apocalyptique. L'Ecclesiarchie fut dénoncée par des zélotes fanatiques. Selon leurs dires, l'Empereur était mécontent de sa cupidité et de ses excès et il envoyait les orages du Warp afin de tester et d'estimer la foi de ses fidèles et distinguer les vrais croyants des hérétiques et des pécheurs. Touches par ces déclarations, des citoyens se flagellèrent ou se mutilèrent afin de prouver leur foi en l'Empereur. Des populations entières se vouèrent a des cultes charges de désespoir, chacun essayant de surpasser les autres dans sa dévotion envers l'Empereur. D'étranges groupes dissidents affirmèrent leur puissance et perchèrent des causes extrêmes. Des pogroms sanglants massacrèrent bon nombre d'innocents alors que la populace essayait d'apaiser la colère de l'Empereur Dieu. Dans de nombreuses communautés, la moindre différence apportait la mort immédiate a un enfant et a sa famille. Considérées comme païennes, car accusées de déviations fausses ou réelles, des populations entières furent asservies ou massacrées.



LE HAUT SEIGNEUR VANDIRE
Goge Vandire, 36ème Haut Seigneur de l'Administratum, fut l'artisan du Règne du Sang. Son nom est le plus tristement célèbre de l'Age de l'Apostasie. Vandire avait la réputation d'être un homme inflexible, c'était aussi un adversaire déclaré de l'hégémonie de l'Ecclésiarchie. Le bruit courait qu'il avait eut recours aux assassins et au chantage pour s'élever au rang de Haut Seigneur et, à l'intérieur de l'Administratum, personne n'osait s'opposer a lui. Quelques temps avant son ascension au rang de Haut Seigneur, Vandire participa à l'élection de l'Ecclesiarque Paulis III, un dégénéré incompétent, facilement contrôlable par Vandire et ses séides.
Une fois sa position bien établie au sein de l'Administratum, Vandire intrigua pour prendre le pouvoir au sein de l'Ecclésiarchie. Alors que les Hauts Seigneurs précédents avaient manipule l'Adeptus Ministorum avec discrétion, Vandire agissait effrontément au su et au vu de tous. Finalement, il pénétra dans le Palais de l'Ecclesiarchie avec un contingent d'officiers de la garde impériale trié sur le volet et renversa Paulus III. Déclarant l'Ecclesiarque traître à l'humanité, il le fit exécuter sommairement. Grâce a ce coup d'état, Vandire s'appropria la double fonction de Haut Seigneur de l'Administratum et d'Ecclésiarque.
A la fois choqué et terrifié, le Saint Synode fut incapable de résister, alors que Vandire entreprenait d'éliminer toute opposition à l'intérieur du Ministorum. Le courroux de Vandire s'abattit sur les cardinaux avec une telle violence que ceux qui n'avaient pas encore fui préférèrent retourner sur Ophelia VII pour échapper a la main de fer du Haut Seigneur. Mais le destin s'en mêla et, alors que leur vaisseau spatial entrait dans le Warp, il fut engloutit par une gigantesque tempête et jamais on ne le revit. Vandire déclara que la volonté de l'Empereur s'était accomplie, prouvant incontestablement son droit divin à régner sur l'Imperium au nom de l'Empereur.
Vandire choisit les cardinaux destinés à siéger sur les bancs d'acajou des chambres du Saint Synode, un savant mélange de crétins ridicules et de génies suffisamment cruels pour obéir à sa volonté sans le moindre état d'âme. Il avait maintenant le contrôle total de l'Ecclésiarchie et de l'Administratum et l'Imperium entrait dans la période la plus sombre de son histoire depuis l'Hérésie d'Horus.



LE RÈGNE DU SANG
Vandire était dément. Paranoïaque, il était obsédé par les intrigues et les conspirations. Sadique, il se plaisait à torturer ses victimes, expliquant qu'il purifiait leur esprit pour l'Empereur. Mégalomane, il exigeait que ses moindres mots soient notés pour la postérité. Ainsi était-il toujours accompagné par une pléthore de scribes dont le travail consistait a consigner ses faits et gestes ainsi que tout nouveau type de torture qu'il infligeait dans les catacombes du palais ecclésiarcal. Sa personnalité était dangereusement instable, il était capable de passer du rire débonnaire à une humeur meurtrière en une fraction de seconde.
Vandire tombait souvent clans des transes au cours desquelles il se dédoublait et entrait en conflit avec lui-même. D'autres fois, il poussait des cris stridents sans raison apparente. Il prétendait recevoir des messages de l'Empereur. Ces périodes de méditation étaient toujours suivies par des accès de violence insensés. II avait affiche un immense plan en trois dimensions de l'Imperium dans sa salle d'audience avec un relais permanent lui indiquant l'activité des tempêtes du Warp. Des qu'un nouveau monde devenait accessible, il expédiait une flotte de guerre pour l'assujettir.
Le Règne du Sang affecta l'Imperium tout entier. Les officiers serviles de l'armée et de la Flotte exécutaient les ordres de Vandire avec un zèle tout particulier. Le monde ruche de Calana VII subit un bombardement bactériologique sans raison, le monde agricole de Boras Minor fut envahi et tout enfant de sexe féminin âge de moins de 12 ans devint esclave. Les batteries orbitales de Jhanna furent utilisées pour faire fondre les calottes glaciaires de la planètes et environ quatre milliards de personnes furent noyées dans les inondations. Cette liste interminable a été consignée avec soin par les scribes de Vandire. II leur dictait de longs discours dans lesquels il déplorait l'état misérable de l'Imperium, demandant que justice soit faite contre les éléments déviants de l'humanité qu'il poursuivait d'une haine sans repos.



LES FILLES DE L'EMPEREUR
Au début du Règne du Sang, le vaste réseau d'espions de Vandire lui signala une secte originale dont l'existence avait autrefois échappé au Ministorum. Ce culte ne comptait guère que 500 fidèles qui vivaient sur le monde agricole quasi inconnu de San Leor. A cette nouvelle, la colère s'empara de Vandire, mais un expose plus circonstancié transforma ses intentions Criminelles en Convoitise. Cette secte, Connue sous le nom de Filles de l'Empereur, ne comprenait que des femmes adoratrices du Dieu Empereur ayant fait vœu de chasteté. Elles étudiaient les anciens arts martiaux en tant que procédé destiné à détacher leurs esprits des contingences matérielles et leur existence était consacrée à perfectionner leur art. L'intérêt de Vandire s'éveilla et il ordonna de préparer immédiatement un vaisseau pour San Leor afin d'honorer ce monde d'une visite de l'Ecclésiarchie.
Escorté par une centaine de milliers de serviteurs et de soldats, Vandire arriva sur San Leos Pendant que la longue procession faisait route vers le temple des Filles de l'Empereur, les agents de Vandire précédèrent l'équipage de l'Ecclésiarque pour contraindre la maigre population des campagnes et des villes à s'égrener le long des routes pour présenter ses respects au visiteur. Quiconque n'obtempérait pas aux ordres était exécuté comme hérétique. Même !es nouveau-nés et les vieillards furent tirés de leurs maisons pour saluer l'arrivée de I'Ecclésiarque. Des présents et des lauriers, que la foule devait présenter une offrande à Vandire, furent distribués, des fleurs odorantes furent lancées et des ovations furent criées sous la menace des armes. Les holo-videos des cérémonies organisées par Vandire furent retransmises sur tous les mondes accessibles de l'Imperium.
En arrivant au temple, Vandire trouva porte close. Une jeune Fille de l'Empereur l'informa que l'ordre ne reconnaissait pas son autorité. Pressentant l'habituelle explosion de rage, les fonctionnaires de Vandire tremblèrent pour leur vie. Mais Vandire avait anticipé cette insolence et prévu une riposte. Il ordonna aux Filles de l'Empereur d'assister à un miracle qui leur prouverait que la volonté divine de l'Empereur était sur lui.
Escorté par un petit nombre de ses hommes, Vandire pénétra dans le temple et fut conduit dans le hall principal. En présence de tout l'ordre, Vandire s'agenouilla et invoqua la protection de l'Empereur, serrant de ses deux mains son Rosarius d'Ecclésiarque. Il se releva et ordonna à l'un de ses gardes de le prendre cible avec son pistolet laser et de tirer. Tout d'abord, l'officier refusa et supplia Vandire de ne pas se mettre en danger. On raconte que la réponse de Vandire fut la suivante : "Il n'y a aucun danger. Ne suis-je donc pas sous la protection de l'Empereur ? Nierais-tu cette évidence ?" L'officier fut incapable de répondre a une question qui mêlait malice perfide et menace de châtiment. Il leva son pistolet, visa le cœur de l'Ecclesiarque et appuya sur la détente.
Alors que le rayon laser frappait Vandire, une explosion de lumière aveugla ceux qui se tenaient dans le hall. Comme ils recouvraient leurs esprits, ils virent Vandire debout au centre de la pièce, indemne, appuyé sur sa canne d'os. D'un seul mouvement, les gardes et les Filles de l'Empereur tombèrent à genou en signe d'adoration. Comme il s'en vanta plus tard auprès de ses scribes, Vandire avait parie que les Filles de l'Empereur, dans leur vie d'ascète, n'avaient jamais entendu parler du générateur de champ de conversion d'un Rosarius.
Les Filles de l'Empereur lui firent serment de fidélité. Vandire éleva cette secte au rang de gardes de l'Ecclesiarchie et ramena ses nouveaux disciples sur Terra. Des lors, les femmes guerrières constituèrent son escorte personnelle de soldats et de compagnons. Vandire les renomma Promises de l'Empereur. Elles furent entraînées par les meilleurs maîtres de la Garde Impériale afin d'allier leur habileté aux anciens arts martiaux avec les armes de guerre modernes. La nouvelle de leur serment d'allégeance à Vandire se propagea dans tout l'Imperium. Elles étaient ses gardiennes fidèles, ses exécutrices silencieuses capables de tuer sur un mot de leur seigneur.
Les Promises n'assumaient pas seulement les fonctions de garde du corps, elles étaient aussi ses servantes et ses compagnes. Elles gouttaient la nourriture du Haut Seigneur, le soignaient lorsqu'il était malade, prenaient soin de son corps affaibli, le distrayaient avec leurs chansons, leurs danses et d'autres talents plus exotiques. Malgré ces activités pacifiques, les Promises de l'Empereur n'en restaient pas moins des combattantes aguerries et, lorsque quelques années plus tard, le Saint Synode tenta d'assassiner Vandire, elles firent irruption dans la chambre d'audiences, en verrouillèrent les portes et sortirent au bout de plusieurs heures, portant les têtes des cardinaux qui y siégeaient.



SEBASTIAN THOR
La violente répression et les massacres démentiels se perpétrèrent pendant 70 ans après l'ascension de Vandire au palais de l'Ecclesiarchie. Les ressources de l'Adeptus Ministorum étaient englouties dans de sanglants pogroms et d'immenses constructions destinées à l'Empereur et à Vandire. Cependant la folie de Vandire se tournait toujours vers le lointain et, alors que les planètes les plus lointaines se vantaient des flèches de leurs cathédrales dépassant cinq cent mètres le Palais de Terra sombrait a nouveau dans la décrépitude. Des ailes entières de l'immeuble tentaculaire s'écroulaient sous le poids des siècles. Les immenses chandeliers et les encensoirs de la chambre d'audiences se consumèrent jusqu'à ce que leur lumière vacille et disparaisse.
Alors que tout l'Imperium rayonnait dans la splendeur de l'or et du platine, étincelait sous la lumière des gemmes les plus rares, les bourrasques froides et l'humidité transformaient le repère de Vandire en une tanière sombre ou l'ombre s'étendait un peu plus chaque jour. La poussière montait au genou, les antiques reliques étaient ternies et maculées, les tentures étaient déchirées et sales. Les rats et la vermine se prélassaient dans les précieux tapis. Parfois, la lueur chancelante d'une bougie éclairait l'immense hall et, dans l'obscurité, un bruit de pas trahissait la présence des Promises de l'Empereur.
Même durant le jour, la patine de la saleté et la crasse des vitraux ne laissaient passer qu'un filet de lumière. Lorsque de fortes pluies nettoyaient les carreaux, une flèche de lumière vive perçait l'obscurité et jouait dans le vestibule du grand hall. Ces jours-là, Vandire se retirait dans ses appartements, s'y tenait des jours durant, plonge dans un profond marasme. Il sombrait dans de lourds sommeils entrecoupes de cauchemars dont les horribles visions lui faisaient pousser des hurlements hystériques. Les drogues et autres élixirs de jouvence imbibaient son corps dégénéré. Mais grâce aux pistolets des Promises de l'Empereur toujours prêtes à obéir a ses moindres désirs, le Haut Seigneur infirme tenait encore son empire avec une poigne de fer. Durant ses éclairs de lucidité, Vandire, affaibli, marmottait des propos incohérents sur la lumière. Les écrits des scribes rapportent en effet que sa peur de la lumière semblait grandir chaque jour.
Le retour sur Terra d'un jeune agent qui avait séjourné dans les Marches Nordiques, prés de la planètes Dimmamar, provoqua une vive agitation. Son rapport troubla les conseillers du Haut Seigneur et mit Vandire dans une rage folle. Dimmamar l'avait dénoncé comme traître à l'Imperium et les anciens rites de la Confédérations de la Lumière avaient été rétablis dans tout le diocèse. Un nom retentissait de toute part a travers le Segmentum Obscurus : Sebastian Thor.
Personne sur Terra ne savait d'où venait cet homme ou quels étaient ses buts. Pendant plus d'un mois, les Hauts Seigneurs fantoches discutèrent âprement pour convenir d'une stratégie. Sa première colère passée, Vandire était tombé dans un silence déprimé et les conciliabules se tinrent autour du trône de velours et d'ébène de l'Ecclesiarque dont les yeux fixaient le vide, entoure des fidèles et vigilantes Promises. Des informations alarmantes sur l'étendue de la révolte se succédaient, il devenait urgent de réagir. En moins de trois mois, 80 autres systèmes avaient déclaré leur loyauté a la Confédération de la Lumière. Dans d'autres secteurs, seule la pression des armées et des flottes du Ministorum empêchaient de semblables événements de se reproduire d'un bout à l'autre des Marches du Nord. Les plus loyaux et les plus surs parmi les Templiers furent dépêches pour parer a toute menace. Ils eurent ordre de raser Dimmamar et de détruire toute créature vivante habitant ce monde.
La flotte de guerre fut envoyée, mais a peine avait-elle bondi dans l'espace Warp, hors du système Clax, qu'elle fut mise en morceaux par une tempête du Warp d'une violence titanesque. La dernière transmission astropathique rapporta des éclairs blancs d'énergie qui éventraient les coques des vaisseaux. La puissance de l'ouragan déchiquetait hommes et machines, distordant affreusement les soldats et désintégrant tout sans exception. Des lors, le système Clax fut isolé par la tempête tourbillonnante. On prétend que ceux qui passent à proximité entendent toujours les hurlements des mourants et sentent les dernières pensées de panique des Astropathes dont l'écho se répercute dans toute la région. C'est un endroit maudit maintenant connu sous le nom de Colère de l'Empereur.
Ce coup asséné au pouvoir militaire de l'Ecclésiarchie provoqua la rébellion de la totalité du Segmentum Obscurus. Les palais des cardinaux furent pris d'assaut par des convertis frénétiques qui arrachèrent les tentures, brûlèrent les icônes et détruisirent les vitraux ornementes. Dans ce vent de folie, le nom de Sebastian Thor revenait sans cesse. Qui était ce personnage mystérieux qui s'acharnait a la destruction de l'Ecclésiarchie et de l'Imperium ? Peut-être était-il une sorte d'instrument des dieux du Chaos, un autre Horus envoyé pour réduire l'humanité en esclavage. Ou peut être était-il contrôle par d'autres influences étrangères, par une créature du Warp ou par une race antique immensément puissante et jusqu'ici inconnue. Alors que les informations des agents du Ministorum se précisaient, les Hauts Seigneurs furent étonnés des nouvelles.
Thor n'était pas une entité démoniaque visant a corrompre l'Imperium. C'était un humain, ne dans une maison de la Schola Progenium de Dimmamar. Les interrogatoires de ses anciens compagnons révélèrent que dans sa prime jeunesse, il avait été un fidèle dévot bien que taciturne. Néanmoins, Thor avait récemment prétendu avoir eu des visions de l'Empereur et prédisait que le malheur était en train de tomber sur l'humanité. On prétend qu'au beau milieu d'une session de prière, Thor avait envoyé un vieux prêcheur pieds par dessus tête hors de sa chaire et dénonce les desseins de l'Ecclésiarchie. Avec une éloquence et un charisme que les informateurs ne purent expliquer, Thor parla a ceux qui étaient présents avec des mots qui pénétrèrent dans leur cœur et dans leur esprit.
Les nouvelles de ces événements se propagèrent. Bientôt des milliers de personnes allèrent écouter les sermons de Thor. Elles revenaient de ces voyages l'esprit éclairé par une foi brûlante et propageaient sa parole. Les membres de l'hérétique Confédération de la Lumière rencontrèrent le jeune homme en secret et, lors de sa prêche suivante, il déclara ouvertement sa loyauté a cette secte. Thor fut amené devant le commandant impérial Gaius Welkonnen auquel il raconta ses visions, ses rêves et son ambition de soustraire l'Imperium des mains de Vandire. Nul ne put expliquer quelles puissantes inflexions Thor imprima a sa voix, mais le gouverneur jura fidélité à Sebastian Thor auquel l'armée de Dimmamar lui fut confiée.
Sa parole se répandait et le Segmentum Obscurus sombrait dans l'anarchie. La profanation, le pillage et les destructions aveugles s'ensuivirent. Les espions de Vandire étaient démasqués et chasses avec une cruelle efficacité. L'armée de Sebastian Thor augmenta de plus de cinq millions de fidèles en une année, alors que celui-ci faisait lentement route à travers l'Imperium pour rejoindre Terra. Quelques survivants de la Fraternité des Templiers se joignirent mêmes à ses forces.
Plusieurs légendes virent le jour sur Thor et sur ce long voyage. Nombre d'événements miraculeux lui furent attribues. Si certains étaient surtout dus a la persuasion de ses porte-parole, telle la façon dont la population des planètes sur lesquelles il passait aurait réuni ses ressources pour le nourrir et héberger son immense escorte, d'autres restèrent de réels mystères, tels les récits des navigateurs sur le calme complet du Warp alors que Thor voyageait d'un système a un autre. Alors que le reste de la galaxie était encore balayé par les tempêtes furieuses qui avaient englouti l'Imperium pour plusieurs centaines d'années, la flotte massive de la Confédération de la Lumière traversa le Warp sans obstacle. Le Paternova des Navigateurs lui donnèrent le nom d'Abstracta Preomnis, Maître du Warp.
Du Segmentum Obscurus, les nouvelles de Thor se propagèrent dans tout l'Imperium. Les distances déformaient la réalité et bientôt Thor fut acclamé a l'image d'un Dieu. Sa puissance militaire ayant été presque entièrement détruite dans le système Clax, l'Adeptus Ministorium était impuissant à endiguer la vague de foi dont Thor portait le flambeau et dont la contagion s'étendait en raz de marée. Malgré la furieuse opposition des cardinaux et confesseurs qui voyaient leur pouvoir, leurs traditions et leurs vie mêmes se désagréger, le credo de Thor convertit des millions de fidèles. Solidarité et sacrifice devinrent la doctrine de ceux qui entendaient les discours exaltés donnés sur les planètes qui jalonnaient le chemin de Sebastian Thor vers Terra. Même si Thor avait de nombreux opposants, l'Imperium se retournait contre Vandire. Les masses avaient été exploitées au-delà du supportable, maintenant, elles avaient un chef pour les unifier.



LES GUERRES DE L'APOSTASIE
Des nouvelles encore plus alarmantes parvinrent au Conseil des Hauts Seigneurs. Jusqu'à maintenant, l'Adeptus Mechanicus et les chapitres Space Marines avaient joue un rôle mineur durant l'Age de l'Apostasie. Au mieux, les caprices du Warp avaient rendu les longs voyages hasardeux, au pire, impossibles. Les planètes de l'Adeptus Astartes et les mondes forges de l'Adeptus Mechanicus s'étaient érigé en forteresses au milieu d'une mer d'anarchie. Ces organisations se tenaient sur la défensive, protégeant le maximum de systèmes des ravages de l'Age de l'Apostasie et du carnage du Règne du Sang. De tout l'Imperium, seules ces petites enclaves quasi-indépendantes survécurent sans dommage aux désastres de cette époque. Les gardiens de l'Adeptus Mechanicus et les Space Marines les protégeant des pires événements.
Lorsque l'existence de Sebastian Thor et la propagation de la Confédération de la Lumière arrivèrent a leurs oreilles, de nombreux maîtres de chapitre Spaces Marines du Segmentum Solar et des secteurs les plus proche de l'Imperium rallièrent peu a peu ce mouvement. L'Adeptus Mechanicus somma les Hauts Seigneurs de justifier leurs actions, d'accuser et d'exécuter le traître Vandire. Vandire riposta en dissolvant le conseil des Hauts Seigneurs et ordonna aux flottes et aux armées qui lui restaient d'attaquer les rebelles Space Marines et le Culte Mechanicus. Un grand nombre d'officiers refusèrent d'exécuter cet ordre suicidaire et furent pendus ou brûlés vifs. Ils furent remplaces par des commandants plus accommodants, mais la traîtrise de Vandire avait été révélée. Pris de fureur lorsqu'il apprit les actes de Vandire, Gastaph Hedriatix, le Fabricator Général de l'Adeptus Mechanicus donna l'ordre aux technogardes de Mars de faire mouvement vers la Terre. Ces régiments furent rejoints par les Space Marines des chapitres Impérial Fists, Fire Hawks, Soul Drinkers et Black Templars.
Bien que le palais de l'Ecclésiarchie soient tombes en ruine, le complexe central hébergeant la salle du trône de Vandire restait une forteresse imprenable. Depuis des mois, les technogardes et les Space Marines s'efforçaient de percer ses murs, mais les Promises de l'Empereur, alignant environ dix mille guerrières, tenaient tous leurs efforts en échec. Alors que les énormes canons de l'Adeptus Mechanicus martelaient les murs du palace et que les escouades d'assaut des Spaces Marines se battaient dans les longs couloirs jonchés de cadavres, l'attention des Hauts Seigneurs et de Vandire était tournée vers l'extérieur, mais c'est de l'intérieur que vint la plus grande menace.



LA CHUTE DU HAUT SEIGNEUR
Depuis le début du Règne du Sang, une autre organisation était restée à l'écart des désastres et des massacres. Enferme dans les murs solides du Palais Impérial, l'Adeptus Custodes montait sa garde éternelle autour le Trône d'Or. Pour éviter l'anarchie dominante et assurer la protection de l'Empereur, les Custodiens s'étaient complètement coupes du monde extérieur. Seuls quelques bribes d'informations traversaient les murs scelles du plus saint des endroits. Mais lorsque les Space Marines et l'Adeptus Mechanicus agirent contre Vandire, ils réalisèrent la véritable portée de la traîtrise perpétrée par le Haut Seigneur. Au cours de réunions secrètes avec les commandants Space Marines, l'Adeptus Custodes apprit le Règne du Sang et l'existence des Promises de l'Empereur qui assuraient la défense du traître. L'ordre mystérieux avisa les Space Marines de continuer leur attaque pendant qu'ils trouveraient une issue à cette situation.
Le système de défense du palais ecclésiarcal ne constituait pas un obstacle pour l'Adeptus Custodes. Les moindres recoins du Palais Impérial, ses milliers de kilomètres de souterrains et de couloirs ri avaient pas de secrets pour eux. Un contingent de Custodiens mène par un centurion s'immisça au cœur du domaine de Vandire. Ils émergèrent non loin de sa chambre d'audiences et se trouvèrent face aux Promises. Le centurion appela aux pourparlers, déposa ses armes puis avança vers les cerbères de Vandire. Une heure durant, il déploya son éloquence pour qu'elles rompent leurs vœux. Il s'efforça de les convaincre qu'elles ne se battaient pas pour leur Empereur mais pour les forces du mal. Les Promises de l'Empereur n'étant pas convaincues, le centurion inconnu abattit alors son ultime atout. Il laissa ses hommes en otage, puis il guida leur chef et une garde personnelle composée de cinq guerrières dans le tunnel.
assemblées autour de lui. Le bruit lointain des tirs s'était tu alors que le message se répandait dans le palais de l'Ecclesiarque. Les quatre mille combattantes qui avaient survécu à l'assaut des Space Marines et des Technogardes s'introduisirent lentement dans l'immense hall. Les Promises de l'Empereur se retrouvèrent bientôt perdues à l'intérieur d'un labyrinthe sombre et complique, mais le silencieux centurion les conduisait infailliblement au cœur du Palais Impérial. Finalement, ils émergèrent dans une faible lumière et les compagnons Custodiens qui montaient la garde auprès de la porte vinrent a leur rencontre. Là était l'entrée secrète menant aux salles du Trône d'Or. Le centurion expliqua la situation, il déclara que les femmes guerrières se préparaient à entrer dans l'endroit le plus sacre de toute la galaxie, qu'il les mènerait en personne auprès de l'Empereur. Elles allaient voir ce que personne, sauf les Primarques Spaces Marines et les Custocliens, n'avait vu depuis six longs millénaires. Le centurion les avertit que toute parole signerait leur arrêt de mort. Il les mena au cœur de la lumière dorée qui irradiait du portail ouvert.
Ce qu'elles virent n'a pas été consigné car les compagnons leur firent jurer le secret. La rumeur dit qu'elles virent l'Empereur en personne, immobile dans les énergies ondulantes du Trône d'Or. Ce qui se passa entre elles et les compagnons demeure aussi un mystère, néanmoins, lorsqu'elles revinrent au Portail, leurs yeux brûlaient d'une colère et d'une haine irrépressibles. Sans rien dire, le centurion les reconduisit droit dans la chambre d'audience. Leur chef, Alicia Dominica raconta à ses guerrières la trahison de Vandire., la perversion de l'Ecclésiarchie, mais elle insista plus encore sur la dépravation impie de leur ordre. Consumées par la honte et la colère, elles renoncèrent au nom de Promises pour revenir a leur précèdent nom de Filles de l'Empereur.
Pendant tous ces discours, Vandire, comme absent, était resté les yeux rivés sur son plan en trois dimensions. Il quitta ses pensées, cligna des yeux lorsqu'il remarqua les guerrières rassemblées autour de lui. Le bruit lointain des tirs s'était tu alors que le message se répandait dans le palais. Les 4000 combattante qui avaient survécu à l'assaut des Space Marines et des Technogardes s'introduisirent lentement dans l'immense Hall.
Vandire se lança dans une tirade sanglante, il expliqua quels systèmes devaient être détruits, il donna des ordres pour que la Flotte massacre Thor et son escorte. Mais même les scribes de Vandire étaient partis, le laissant seul dans la salle d'audience avec les Filles de l'Empereur vengeresses. Alicia Dominica fit face à Vandire et ses paroles furent plus tard gravées sur le marbre noir de son sarcophage.
"Tu as commis l'ultime hérésie. Non seulement tu t'es détourné de l'Empereur mais tu t'es éloigné de sa lumière. Tu as profané son nom. Tu as réduit en pièces la plus grande partie de son œuvre. Tu as perverti et corrompu la voie qu'il a tracé pour le genre humain. Comme tes propres décrets l'ont statué, il n'y a pas de salut pour un criminel de ta trempe. Je renie ta suzeraineté. Tu marches dans l'obscurité. Tu n'es pas autorisé à vivre. Ta sentence a été longtemps différée. Maintenant, il est temps pour toi de mourir. "
Dominica tira son épée et la brandit vers le ciel pour que tout le monde puisse la voir. Vandire regarda les guerrières assemblées autour de lui. II secoua faiblement la tête. Le Haut Seigneur murmura ces derniers mots : "Je n'ai pas le temps de mourir... J'ai trop a faire !"
L'épée énergétique s'abattit sur le Haut Seigneur, lui tranchant la tête et coupant son Rosarius en deux.
Ainsi prit fin le Règne du Sang.

_________________
Compte principal : Asphar Silverstein

"J'ai lu il y a longtemps dans un livre que l'univers fonctionnerait apparemment sur le principe de l'équivalence, qui consiste à dire que pour obtenir quelque chose, il faut sacrifier quelque chose de même valeur. Mais l'expérience m'a montré que ce n'est qu'un ramassis de bêtises. Mon principe à moi est beaucoup plus simple et réaliste : ce que je veux je le prend, et si l'on me prends un, je reprends mille."

- Olivia M. Goldstein lors d'un conseil des officiers sur Trojank
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olivia Mira Goldstein
Admin
Admin
avatar

Messages : 90
Date d'inscription : 16/12/2010
Age : 31
Localisation : Porte de Thelios, Trojank

Feuille de héros
Nom: Olivia Mira Goldstein
Niveau: 60
Échelon: Colonel

MessageSujet: Re: Histoire de Warhammer 40.000   Dim 14 Aoû - 17:27

LA RÉFORME DE L'ÉCCLESIARCHIE ET LA CREATION DE L'ADEPTA SORORITAS


Bien que le Règne de Sang de Vandire ait pris fin avec la mort du Haut Seigneur, l'Age de l'Apostasie devait encore durer des siècles. De nombreuses régions de l'Imperium étaient toujours battues par les tempêtes du Warp et des commandeurs impériaux ou des cardinaux en profitaient pour se tailler de petits royaumes ou empires. Le Segmentum Obscurus était plus stable depuis que le vertueux Sebastian Thor avait commence son pèlerinage vers la Terre, mais sans Conseil des Haut Seigneurs et sans Ecclésiarque, il y avait peu d'espoir que l'Imperium puisse retrouver rapidement sa puissance passée.
Les maîtres des chapitres de Space Marines et le Fabricator Général de l'Adeptus Mechanicus entreprirent de restaurer ce qui restait de l'autorité des Hauts Seigneurs de Terra. Les nombreuses notes des scribes de Vandire apportèrent des preuves contre ceux qui avaient profite du Règne du Sang. Hedriatix était intransigeant et, tôt ou tard, les coupables auraient à répondre de leurs actes. Beaucoup d'organismes, comme les Navigateurs ou les Capitaines Chartistes, furent encourages a exercer des purges dans leurs propres rangs. De nouveaux commandants impériaux furent nommés parmi les soldats qui s'étaient opposés à Vandire. D'autres Hauts Seigneurs furent disculpes par leurs pairs et purent garder leur siège au Conseil, mais il n'y avait toujours pas d'Ecclésiarque.



LE JUGEMENT DE SEBASTIAN THOR

Des messages furent envoyés à Sebastian Thor, lui intimant l'ordre de se rendre immédiatement sur la Terre. Il répondit simplement qu'il avait un travail a accomplir dans les marches du nord avant de continuer son voyage vers Terra. Un vaisseau rapide fut envoyé pour ramener Thor, mais il refusa a nouveau, insistant sur le fait qu'il n'était pas encore prêt. Exaspérés, les Hauts Seigneurs décrétèrent que Thor était un traître devant être juge sur Terra pour diverses activités séditieuses à l'encontre des représentants officiels de l'Empereur.
Appréhendé sans violence, Thor demanda à ses fidèles de ne pas intervenir et de laisser à l'Empereur le soin de le protéger. Des milliers de partisans de Thor envahirent les couloirs de la gigantesque salle d'audience, surveillant la procédure avec une intense fébrilité. Les riches comme les pauvres traversaient des galaxies entières pour assister au jugement du dernier sauveur de l'Imperium et le Judiciam Terrae devint le point de mire de milliers de fidèles ainsi qu'un lieu de pèlerinage. La plupart de ceux qui s'y rendirent arrivèrent des mois, voire des années, après la fin du procès, mais ils étaient déterminés a accomplir ce voyage et a montrer leur soutien a Thor. Certains Hauts Seigneurs, dont le refus de Thor avait offensé la fierté, portèrent des accusations violentes à son encontre.
Mais les preuves de son innocence abondaient pour chacune des charges qui pesaient contre lui. Il n'avait pas incite le peuple a saccager les temples du Ministorum : des extraits de ses sermons attestaient sa désapprobation face a ces agissements. Il n'avait pas pris les armes contre les soldats de l'Imperium et beaucoup de ses anciens adversaires comptaient maintenant parmi ses plus loyaux fidèles. Enfin, après deux mois de procédure, le jugement prit fin. Les Hauts Seigneurs se consultèrent pendant trois jours pour décider du sort de ce jeune homme charismatique.
Le Capitaine-General Excelsor de l'Adeptus Custodes livra le verdict. Apres avoir explique que Thor était reconnu innocent des charges retenues contre lui, il exposa le besoin pressant qu'avait l'Imperium d'un nouvel Ecclesiarque. Puisque Thor était reconnu innocent du moindre délit, et compte tenu de la détresse spirituelle du moment, il était le candidat idéal pour ce poste. La foule clama son approbation, remerciant l'Empereur, qui dans son immense sagesse, leur avait envoyé Thor pour les délivrer. Avec calme, Thor déclina toutefois l'offre et le Conseil sombra dans le chaos. Les Hauts Seigneurs se blâmaient les uns les autres et fustigeaient l'impudence de Thor pendant que le public hésitait entre le désespoir et l'incrédulité. Excelsor parla alors au jeune homme. Personne ne sait exactement ce que lui dit le Capitaine-General, mais l'on suppose que cela se résumait à peu prés a ces mots : "Vous quitterez Terra en tant qu'Ecclesiarque ou vous ne la quitterez jamais..."
Une fois le silence revenu, Thor annonça qu'il prendrait le manteau d'Ecclésiarque, mais seulement a certaines conditions. Il aurait le soutien absolu des Hauts Seigneurs chaque fois qu'il le demanderait. Il modifierait l'organisation de l'Ecclesiarchie et devrait avoir la confiance de tous. Il voulait aussi continuer ce qu'il avait entrepris, voyager à travers l'Imperium et prêcher au contact de la population. Il était un orateur guide par l'Empereur, ses sermons et ses prières uniraient l'Imperium une fois de plus sous l'égide de leur maître. Les Hauts Seigneurs durent accepter et annoncèrent publiquement a travers tout l'Imperium que Thor Premier allait devenir le 362ème Ecclésiarque.



LA REFORME
De nombreux changements furent apportes a l'Adeptus Ministorum après le Règne de Sang et tout au long de l'Age de l'Apostasie. Sebastian Thor lui-même fut l'instigateur de la plupart d'entre eux. Bien qu'il désapprouvât fortement la manière dont fonctionnait l'Ecclésiarchie, Thor était trop fin politicien pour mener des reformes trop radicales dans l'église. L'Imperium était suffisamment ébranlé et la population ne demandait qu'une solide autorité. Thor ne réalisa pas tous les changements qu'il souhaitait mais les fondements qu'il posa durant son mandat d'Ecclésiarque continuent aujourd'hui à maintenir la cohésion de l'Adeptus Ministorum.
Le premier changement réalisé par Thor fut la fondation du Synode Ministra sur Ophelia VII. Le Saint Synode demeure sur Terra et les cardinaux de l'Imperium sont libres de s'y rassembler pour discuter des questions concernant l'Ecclésiarchie, mais le Synode Ministra constitue un second corps de gouvernement plus loin de Terra, ce qui procure un double avantage. En premier lieu, le Synode Ministra relaie et propage les décisions prises par le Saint Synode et l'Ecclésiarchie, renforçant les lois de cette dernière. Ensuite, il empêche toute manipulation de l'Ecclésiarchie par un autre organisme et toute prise de contrôle par un seul homme au sein du Ministorum. Jamais plus un Haut Seigneur ou un Ecclésiarque ne pourra affirmer son seul pouvoir sur l'Adeptus Ministorum.
De la même manière, chaque diocèse fut scindé en zones d'influence plus réduites, obéissant en cela a deux raisons. D'abord, chaque cardinal aurait moins de pouvoir et contrôlerait moins d'hommes et de moyens. Ensuite, un nombre plus important de cardinaux au sein du Saint Synode pourrait s'opposer plus facilement aux changements radicaux et affaiblirait le pouvoir détenu par un seul individu. D'autres transformations furent a mettre sur le compte des Hauts Seigneurs de Terra. La plus importante fut le Décret de Passivité. Parmi d'autres interdictions pesant sur les activités militaires, ce décret interdisait à l'Ecclésiarchie d'entretenir des "hommes en armes". Sebastian Thor reçut donc l'ordre de dissoudre la Fraternité des Templiers et toutes les forces armées réunies par les autres membres du Ministorum, ce qui fut fait à une exception près. En effet, sachant qu'il lui faudrait toujours disposer d'une force armée et ne souhaitant pas que l'Ecclésiarchie soit totalement dépendante de la volonté de l'Adeptus Terra ou de la Garde Impériale, Sebastian Thor conserva la seule force que lui autorisait le Décret de Passivité. Il s'agissait des Filles de l'Empereur qui, en jouant sur l'énonciation archaïque de la loi, ne purent être dissoutes.
Les Filles de l'Empereur réussirent, non sans difficultés, à s'intégrer à l'Ecclésiarchie et reçurent le nom d'Ordres Militants de l'Adeptus Sororitas. Bien que les Hauts Seigneurs n'aient pas vu cela d'un très bon œil, ils étaient sans recours légal face à Thor qui soutenait que l'Adepta Sororitas agirait comme un régulateur au sein même de l'Ecclesiarchie, tout en donnant un peu plus de poids à ses décisions.
Ces évolutions majeures ne devaient pas occulter les centaines d'autres détails à superviser. Il fallait, entre autre, réorganiser la Schola Progenium, faire à nouveau affluer la dîme dans les coffres du Ministorum, restaurer des sanctuaires et reconstruire des temples. Après avoir passé une décennie épuisante sur Terra, Thor quitta le palais ecclésiarcal en confiant le plus gros du travail aux archidiacres et aux cardinaux. Quatre-vingt années durant, il voyagea a travers à l'Imperium, réprimant sur son passage l'hérésie et l'apostasie dès qu'il en rencontrait les signes.
Sebastian Thor ne revint sur Terra qu'à 112 ans, il vécut encore six mois avant que l'Empereur ne rappelle son âme à lui. Une aile gigantesque fut alors ajoutée au Mausolée du Souvenir pour y conserver son sarcophage. La semaine qui suivit sa mort fut déclarée période de deuil impérial. Plus de soixante-dix millions de pèlerins défilèrent devant sa tombe des la première année de son décès. De gigantesques hologrammes commémorant sa vie et son œuvre décorent les kilomètres de corridors menant à sa chambre funéraire et le peuple de l'Imperium voyage toujours jusqu'à la Terre pour admirer le visage du serviteur le plus fervent de l'Empereur.

_________________
Compte principal : Asphar Silverstein

"J'ai lu il y a longtemps dans un livre que l'univers fonctionnerait apparemment sur le principe de l'équivalence, qui consiste à dire que pour obtenir quelque chose, il faut sacrifier quelque chose de même valeur. Mais l'expérience m'a montré que ce n'est qu'un ramassis de bêtises. Mon principe à moi est beaucoup plus simple et réaliste : ce que je veux je le prend, et si l'on me prends un, je reprends mille."

- Olivia M. Goldstein lors d'un conseil des officiers sur Trojank
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olivia Mira Goldstein
Admin
Admin
avatar

Messages : 90
Date d'inscription : 16/12/2010
Age : 31
Localisation : Porte de Thelios, Trojank

Feuille de héros
Nom: Olivia Mira Goldstein
Niveau: 60
Échelon: Colonel

MessageSujet: Re: Histoire de Warhammer 40.000   Dim 14 Aoû - 17:32

LE FLÉAU DE L'INCROYANCE



De toutes les hérésies et rébellions qui entachèrent l'Age de l'Apostasie, l'une des plus notables fut le Fléau de l'Incroyance perpétré par le cardinal Bucharis. Son souvenir contribue à rappeler à l'Ecclésiarchie et à son clergé que le pouvoir corrompt aisément celui qui le possède, car, au regret de l'Adeptus Ministorum, Bucharis employa sa ferveur et son courage à son propre accomplissement plutôt qu'à celui de l'humanité.


LE CARDINAL APOSTAT

Quelques décennies après l'accession de Sébastian Thor au trône de l'Ecclésiarchie, le cardinal Bucharis fut placé à la tête du diocèse de Gathalamor, au sud-ouest galactique de la Terre. Gathalamor était un diocèse modeste, mais Bucharis, jaloux des réussites de ses pairs, décida d'y bâtir le plus grand des temples jamais élevé à la gloire de l'Empereur. Même en asservissant les populations dont il avait la charge, il se retrouva toutefois rapidement à court d'hommes et de ressources.
Utilisant une armée de bandits, il s'empara alors du monde voisin de Rhanda et des richesses de ses mines. Là, il joignit ses forces à celles de l'amiral renégat Sehalla et à celles d'un colonel du 25e Régiment de la Garde Impériale Rigellienne appelé Gasto. Fort des vaisseaux de Sehalla et des troupes de Gasto, il jeta les premières bases de son propre empire et cinquante systèmes stellaires tombèrent sous sa coupe dans les sept années qui suivirent.
Le domaine de Bucharis avait été isolé de l'Imperium par de violentes tempêtes du Warp que n'avaient pu traverser les nouvelles de la réorganisation de l'Ecclésiarchie. Ayant pris le contrôle des voyages interstellaires au sein de son empire, Bucharis décida de continuer à intercepter toute information relative à la Terre et annonça que l'Ecclésiarchie avait sombré, corrompue par les traîtres et les hérétiques. Détournant des preuves remontant à l'époque de Vandire, il se déclara ensuite gardien véritable de la volonté de l'Empereur et nouveau maître de l'Adeptus Ministorum. Ceux qu'il trompa par ses discours habiles crurent alors que la Terre était perdue et que Gathalamor demeurait l'ultime bastion de la vraie foi.
Le Fléau de l'Incroyance s'étendit et les préceptes de Bucharis devinrent paroles de loi. "Celui qui ne peut s'aider lui-même est moins qu'un homme et doit être évincé de l'humanité dont il ne peut qu'être le fardeau" était l'une de ses citations les plus populaires et était chaleureusement applaudie à chaque fois qu'il en concluait ses sermons. Ses fidèles apprirent ainsi à se préoccuper d'eux-mêmes avant toute autre considération, car la race humaine ne trouverait selon lui son salut que si chaque individu ne luttait que pour sa propre réussite. Les faibles seraient abandonnés à leur sort, seuls les forts survivraient et l'ascendance de l'humanité ne serait réalisable que par le respect de cette doctrine.
Les mondes soumis à Bucharis se changèrent en repaires de pillards et de nobles assoiffés de pouvoir. Les amis s'entre-tuèrent et les familles se disloquèrent dans les haines et les rivalités. Ceux qui émergèrent de ces tourbillons de démence attirèrent alors l'attention du cardinal apostat. Outre davantage de puissance, il leur alloua le commandement de compagnies de mercenaires et les chargea de maintenir l'ordre en son nom, récompensant ceux qui le servaient efficacement et châtiant cruellement ceux qui le décevaient.
Bucharis développa ainsi son emprise sur la galaxie. Veillant à ne pas trop approcher de la Terre avant que son pouvoir ne soit total, il se fraya un chemin de sang vers le nord de l'Imperium, préférant ne plus avancer au sud où la flotte de Sehalla risquait d'être repérée par la base de Bakka, et évitant soigneusement les parages de Cadia, et de l'Oeil de la Terreur terrifié à l'idée de voir les Space Marines du Chaos envahir son domaine si durement gagné.
Une fois la presque totalité de cette zone pliée à sa loi, trois nouveaux régiments de gardes impériaux rejoignirent les mercenaires de Gasto et la flotte de guerre Pacificus stationnée à Hydrapur vint de même se mettre sous ses ordres en croyant ses mensonges selon lesquels l'Ecclésiarchie et l'Adeptus Terra étaient tombés. Bucharis s'estima alors en mesure d'attaquer la Terre, espérant que la ruse et la surprise compenseraient l'armement supérieur de l'ennemi. Heureusement pour l'humanité, il allait commettre une grave erreur.



LA BATAILLE DU CROC
Sa percée vers le nord avait mené Bucharis au sein de territoires gardés par les Space Wolves. Comme la plupart des chapitres de Space Marines, les Space Wolves se doivent de protéger leur propre monde, mais aussi ceux situés à sa proximité. Quand l'immense flotte émergea du Warp pour envahir le système d'Albia, elle rencontra la Griffe de Russ, un bâtiment de guerre Space Wolf en patrouille dans ce secteur. Après une brève bataille au cours de laquelle ils détruisirent un croiseur et un transporteur, les Space Wolves parvinrent à s'échapper dans le Warp. Bucharis venait de payer le prix de son imprudence, mais son arrogance lui fit considérer ce revers comme un manque de chance passager. Le cinquième système auquel il s'attaqua après cet accrochage lui réservait cependant quelques surprises.
Ce système était celui de Fenris, monde natal des Space Wolves En dépit de leur infériorité numérique et de leur puissance de feu surpassée par celle des navires de la Flotte, les vaisseaux des Space Marines se jetèrent sur l'armada de Bucharis dès qu'elle eut coupé ses moteurs Warp. Ils effectuèrent une percée dévastatrice entre ses imposants vaisseaux, puis se regroupèrent au cœur du système où ils adoptèrent une stratégie d'attaques et de retraites rapides pour le reste de la bataille.
Bien que deux tiers de sa flotte soient occupés à combattre, Bucharis parvint à lancer un assaut contre Fenris. Nombre de ses vaisseaux de transport furent détruits par les tempêtes qui déchiraient la haute atmosphère de la planète ou les tirs des batteries de laser orbitaux de la forteresse des Space Wolves, mais une zone d'atterrissage fut toutefois établie. Guidés par le cardinal apostat, des milliers de gardes impériaux renégats se déversèrent sur le monde de glace, jurant de venger par le sang leurs camarades tués par les Space Wolves.
Des fenrissiens capturés furent forcés d'équiper l'armée de Bucharis, de poser des routes sur les étendues plates et glacées de leur planète et d'abattre les arbres gigantesques de leurs forêts afin d'alimenter en carburant les moteurs polyvalents des blindés de l'envahisseur. Les habitants de Fenris ne se soumettant toutefois jamais facilement, Bucharis savait qu'il devrait constamment les surveiller s'il ne voulait pas qu'ils s'échappent et se dressent à nouveau contre lui en frappant son armée sur ses points les plus faibles. Des communautés entières furent donc exterminées en guise d'avertissement. Les récoltes et le bétail furent réquisitionnés pour Bucharis et ses officiers, les femmes réduites en esclavages, puis les enfants et les vieillards furent passés par les armes et laissés en pâture aux charognards.
Poursuivant l'offensive, Bucharis décida de faire tomber le Croc. D'autres troupes renégates arrivèrent en renfort et la flotte des Space Wolves détruisit une quantité de transporteurs, mais les vallées et montagnes encerclant l'antique citadelle fourmillèrent tout de même rapidement des légions du cardinal apostat. De massives pièces d'artillerie se mirent à cracher leurs obus jour et nuit, et les cieux s'illuminèrent de milliers d'éclairs ainsi que des lueurs éblouissantes des boucliers énergétiques. Des explosions ébranlèrent les monts d'Asaheim, déclenchant de terribles avalanches tandis que des salves orbitales creusaient des gouffres béants à même la roche. Mais les remparts blindés du Croc demeurèrent debout.
Les défenseurs lancèrent alors la contre-attaque. Brisant la ligne de siège des renégats, ils neutralisèrent leur artillerie au sol. Des scouts interceptèrent les ravitaillements en munitions de Bucharis, puis les Space Wolves s'infiltrèrent au cœur des positions ennemies en utilisant les passages secrets qui reliaient le Croc aux montagnes d'Asaheim.
Hurlant leurs sanguinaires cris de bataille, les Griffes Sanglantes s'abattirent sur les soldats de Bucharis dans les sombres forêts de Fenris et les égorgèrent à mains nues afin d'économiser leurs munitions. Les Longs Crocs tendirent des embuscades aux convois blindés ennemis n'hésitant pas à pulvériser des montagnes entières pour les ensevelir sous des tonnes de rochers, et les dreadnoughts s'ouvrirent de sanglants chemins à travers les formations ennemies.
Mois après mois, le siège s'éternisait. Bucharis multiplia les attaques contre le Croc en promettant de fabuleux trésors au premier homme qui lui en ouvrirait les portes, mais les Space Wolves tinrent bon et le repoussèrent en lui infligeant de très lourdes pertes.
Le siège dura ainsi trois années au cours desquelles la citadelle résista à d'incessants assauts et bombardements. Devant engager toujours plus de soldats dans la bataille, Bucharis se résigna à faire appel à ses troupes de Gathalamor, quitte à réduire leur garnison au quart de son effectif. Croyant son diocèse hors de danger, il rassembla ses hommes pour un assaut ultime et décisif, mais la fatalité se manifesta de nouveau à l'encontre de ses desseins.
A la périphérie du système émergèrent du Warp des bâtiments de guerre que les unités de reconnaissance de Bucharis identifièrent comme des barges de bataille Space Wolves revenant de mission. Ces renforts inattendus ne perdirent pas de temps et pulvérisèrent la moitié de la flotte renégate dans leur première attaque. Pris entre deux feux, l'amiral Sehalla paniqua et prit la fuite avec ce qui lui restait de sa flotte. Plutôt que de le prendre en chasse, les vaisseaux Space Wolves mirent alors le cap sur Fenris.
Le retour de la Grande Compagne de Kyrl Grimblood mit fin aux agissements de dix milliers de gardes félons. Les traîtres furent délogés des montagnes, mis à mort sur les plaines d'Asaheim, et ceux qui crurent échapper au massacre succombèrent à l'impitoyable climat de Fenris ou à ses meutes de loups géants. Se sauvant à bord d'une navette et rejoignant ses derniers fidèles après un court saut dans le Warp, Bucharis décida alors d'abandonner leur monde aux Space Wolves et de regrouper ses forces du nord pour se préparer à défendre les restes de son domaine.



TEMPÊTE SUR CHIROS
La défaite de Fenris avait ralenti Bucharis mais ne l'avait pas anéanti et certains de ses lieutenants envoyés vers l'ouest galactique s'étaient emparés pour lui de nouveaux systèmes tandis que grondait encore la bataille du Croc. Des rapports mentionnant une forte résistance lui parvinrent alors du système récemment découvert de Chiros. A la différence de Gathalamor ou de Rhanna, Chiros n'était pas un monde pauvre et désolé mais recouvert de forets luxuriantes, de lacs et de terres fertiles que cultivaient plusieurs millions d'habitants.
Les richesses de Chiros provenait essentiellement de ses exportations de fourrures exotiques, d'élixirs précieux, de narcotiques tirés de la flore locale et d'autres douceurs rares et raffinées. Bucharis ne pouvait comprendre pourquoi une planète aussi favorisée prenait le risque d'être détruite en osant s'opposer à lui. Il étudia donc la question sur le chemin de retour de Fenris vers Gathalamor.
Malgré de nombreux carnages qui avait ensanglanté leur monde, les chirosiens demeuraient irréductibles. Le commandant chargé de briser leur résistance n'avait cependant pas encore fait usage de ses moyens de destruction les plus terrifiants, soucieux de ne pas trop endommager la beauté de Chiros, qui pourrait servir de retraite à un Bucharis vieillissant.
Séduit par l'idée du commandant, Bucharis lui dépêcha trois compagnies supplémentaires sur Chiros, persuadé que ces renforts lui permettraient rapidement de goûter aux plaisirs de ce paradis naturel et de chasser sur ses collines verdoyantes. Il n'en fut donc que plus stupéfait quand il apprit que l'officier dirigeant les manœuvres d'invasion avait capitulé devant les chirosiens. Les gardes impériaux n'étaient certes pas les troupes les plus redoutables de l'Imperium, mais jamais une force aussi insignifiante que celle dont pouvait disposer Chiros n'aurait dû pouvoir tenir tête à une compagnie de la garde.
Des agents spécialement envoyés sur les lieux apprirent alors au cardinal apostat que ses hommes n'avaient pas affronté seulement quelques défenseurs faiblement armés et peu motivés, mais toute une population unie et déterminée. Des millions de partisans, armés de fusils de chasse et d'autres armes improvisées, avaient ainsi harcelé ses troupes en leur tendant des embuscades avant de se volatiliser dans les collines ou les forêts grâce à leur parfaite connaissance du terrain. Tout le pays était hostile, n'offrant aucun abri, rendant le ravitaillement impossible et les gardes impériaux avaient finalement perdu leurs derniers espoirs de victoire quand un commando suicide était parvenu à détruire leur quartier général avec des explosifs artisanaux.



LA ROUTE DE GATHALAMOR
Peu après les évènements de Chiros un autre monde, la planète minière de Guryan, se libéra du joug de Bucharis. Armés de pioches et d'instruments de forage, les mineurs esclaves terrassèrent leurs gardiens, escaladant des monceaux de cadavres pour étrangler l'ennemi avec leurs chaînes. Après Guryan, ce fut le tour Dolsia, puis Vaust s'insurgea à son tour et la rébellion se propagea à travers le domaine de Bucharis, directement vers Gathalamor. Alors qu'elle approchait de Colcha, une petite flotte rebelle tomba dans une embuscade tendue par Bucharis et fut intégralement détruite mais une navette parvint toutefois à se poser sur la planète.
Averti de l'atterrissage de cette navette, le commandeur Fredreich Khust garda ses troupes en alerte totale un mois, puis deux, puis six mais aucune trace de rebelle survivants ne fut trouvée en dépit de recherches intenses. Un an presque jour pour jour après l'anéantissement de la flotte des insurgés, les paisible paysans de Colcha se révoltèrent soudainement. Combattant avec des armes rudimentaires et des outils agricoles, ils incendièrent les récoltes et rasèrent les casernes locales au prix de lourdes pertes. Affolant leur gigantesque animaux de trait, aussi grand que des maisons, ils les utilisèrent pour broyer sous les pieds des troupeaux les escadrons de blindés adverses. Puis ils endiguèrent les rivières pour inonder les villes où les hommes de Khust était cantonnés, n'hésitant pas à ravager leurs propres demeures. Les enfants et les vieillards lancèrent des grenades artisanales faites à partir du carburant local, mettant le feu aux aérations des tank Leman Russ et asphyxiant leurs équipages. Sur les deux continents de Colcha, les habitants ne reculaient devant aucun sacrifice pour se débarrasser de leurs oppresseurs.
Repoussé de Colcha, de Lima Rogan, de Trodor et d'une vingtaine d'autre mondes, Bucharis vit les coffres de son empire se vider plus rapidement qu'ils ne s'emplissaient. Ses soldats commencèrent à déserter tandis que même ses officiers supérieurs s'entre-déchiraient en conflits stériles. Et la série de révolte se poursuivait, telle une flèche dangereusement pointée vers son cœur ! A la fin, Methalor, le système le plus proche de Gathalamor, tomba à son tour quand ses habitants incendièrent la ruche principale de ce monde en surchargeant ses régulateurs de puissance géothermique.
Le cardinal apostat fit donc doubler les défenses de Gathalamor et exigea que tout vaisseau pénétrant dans le système soit abordé et soigneusement fouillé. C'est alors qu'un ambassadeur se présenta à son palais. D'une voie grave et menaçante, le visiteur déclara à Bucharis être l'envoyé du confesseur Dolan Chirossius.
Le confesseur Dolan exigeait la reddition immédiate de Bucharis. Le cardinal reçu l'ordre d'abdiquer immédiatement et d'implorer la pitié de l'Empereur. Encore plus important, il fut sommé de renoncer à son apostasie et à l'hérésie de ses idées sur le sacrifice des faibles.



LE GRAND CONFESSEUR
Les restes de l'émissaire furent cloués sur les portes du palais de Bucharis où ils furent dévorés par les rats. Le confesseur Dolan allait venir en personne sur Gathalamor et le cardinal apostat tenait à ce que ses esclaves aient déjà un aperçu du traitement que subirait celui qu'ils attendaient comme un sauveur. Dés son arrivée, Dolan fut effectivement mis aux arrêts pour actes de trahison et d'hérésie envers l'Empereur.
Comme Bucharis l'avait annoncé, le confesseur fut enchaîné et promené dans les rues. Des soldats le lapidèrent, le fouettèrent puis plantèrent dans ses chairs des crochets de fer auxquels ils suspendirent des poids avant de le pousser dans les rues en le ruant de coups. Rassemblée pour assister au supplice, la foule ne sembla pas approuver l'horrible spectacle, mais si aucun bravo ne se fit entendre, aucun cri de protestation n'osa s'élever non plus.
Dolan fut ainsi montré à travers le continent durant plus de 6 mois de tortures interminables. Ses bourreaux lui interdisaient de dormir et ne lui accordaient qu'une poignée d'eau croupie pour toute nourriture, mais jamais il ne baissa la tête sous leur coup et jamais sa fierté ne fut brisée en dépit de tous ces tourments.
Bucharis organisa ensuite un procès public au cours duquel il accusa le confesseur de blasphème, d'hérésie, de trahison, de sédition et de rébellion. Le cardinal apostat tenait à se que Dolan soit exécuté, mais sans que cela en fasse un martyre. Dolan devait être sali et humilié, déclaré coupable de toute les charges retenues contre lui. C'est seulement une fois jugé et condamné comme ennemi de l'humanité qu'il mourrait, d'une façon lente et douloureuse.
Le procès fut retransmis dans tous les systèmes contrôlés par Bucharis, de manière à ce que nul ne puisse remettre en cause sa validité. Il ne fut évidemment pas équitable, mais le cardinal apostat fit en sorte de faire croire le contraire. Les procédure correctes furent suivies et des centaines de témoignages furent récoltés et comparés. Le confesseur accepta de se défendre lui-même et quand les chefs d'accusation furent tous établis, au terme de cinq longs mois, des milliers de mondes attendirent sa plaidoirie avec impatience.
Dolan révéla comment il avait mis en garde le peuple de Chiros contre la tyrannie Bucharis et sa fausse doctrine et comment il avait donné aux villageois et aux chasseurs la volonté de lutter unis pour leur liberté. Son témoignage prouva alors la puissance de sa foi. Ses yeux s'enflammèrent d'un zèle religieux, de grands gestes ponctuèrent ses paroles et sa conviction atteignit les âmes de ceux qui l'écoutaient. Certain le crurent dément, mais à n'en pas douter il était loyal à l'Empereur et prêt à endurer les pires sacrifices pour faire tomber Bucharis, tant et si bien que nombre de ceux qui entendirent son indignation se mirent à partager la ferveur de sa haine à l'encontre du cardinal apostat.
Le confesseur parla trois jours durant. Il décrivit comment il avait persuadé les fermiers de Bellis XIV de charger l'ennemi sur leurs massives machines agricoles tout en sachant qu'ils y perdraient la vie. Il reconnut avoir mené les Farradites à l'assaut de la Tour Immortelle en leur faisant continuer le combat après que neuf milles des leur aient déjà été tués par les mines antipersonnelles ou les batteries de canons. Il expliqua également comment il avait incité le peuple de Tsero Primis à saboter son propre réseau géothermique afin de morceler les continents de la planète et d'y déclencher des séismes et des éruptions volcaniques. Ces sacrifices n'étaient pas vains, hurla-t-il car tous firent reculer le Mal et l'hérésie des ennemis de l'Empereur !
Bucharis prit la parole une fois la tirade de Dolan achevée et démontra qu'il s'était lui-même condamné en avouant librement tous les crimes odieux dont il était accusé et en ne récusant pas même une seule des charges portées contre lui. Il souligna la flagrante opposition du confesseur à l'autorité de l'Ecclésiarchie et le qualifia d'anarchiste idolâtre, assurant qu'il menaçait en cela la stabilité de l'Imperium. Puis il déclara que ses actes de rébellion et d'hérésie ne méritait pas d'autres châtiments que la mort et il le fit mener dans un donjon en appelant la miséricorde de l'Empereur sur son âme condamnée.
Dolan fut cruellement torturé par les bourreaux de Bucharis pendant prés de huit longs mois, puis il mourut enfin et fut jeté aux chiens errants et aux corbeaux. Son corps avait été meurtri au delà de toute imagination, de hideuses cicatrices et brûlures témoignait des souffrances effroyables qu'il avait traversé, mais son visage rayonnait d'une sérénité calme et paisible en dépit des horribles tourments qui lui avait été infligés. Ceux qui le virent pleurèrent alors sincèrement au risque d'être eux-même condamnés à mort pour hérésie, et les nécrophages ne firent jamais festin de ses chairs, car son cadavre disparut et ne fut jamais retrouvé.



LA MORT DU TYRAN
L'espoir que Bucharis avait eu de discréditer le confesseur avait échoué, car Dolan avait en fait employé son procès à répandre son message à travers les étoiles, d'une manière plus efficace que toute autre. A la nouvelle de sa mort, des éruptions de colère ébranlèrent le domaine du cardinal apostat et des milliers de mondes s'unirent contre l'oppresseur, animés d'une même fureur. Inspirés par le sacrifice du confesseur, des millions d'hommes, de femmes et d'enfants affrontèrent les soldats de Bucharis de leurs mains nue. Quelques officiers décidèrent de trahir leur maître et ouvrirent les portes de son palais aux révoltés afin de les laisser accomplir leur vengeance.
Tandis que les derniers fidèles retenaient la marée humaine qui le poursuivait, Bucharis se résigna à renoncer à son empire pour sauver sa vie et s'engouffra dans un réseau de tunnels qui menait à un spatioport où l'attendait une navette d'évacuation. L'un de ses officiers les plus proches le trahit toutefois pour échapper à la vindicte des révoltés. Avertis de la fuite imminente du cardinal, les habitants de Gathalamor trouvèrent le spatioport et l'encerclèrent, se jetant eux-même sur les clôtures électrifiées afin d'en court-circuiter les générateurs. Bucharis fut happé par la foule et mis en pièce par les mains de plusieurs centaines de milliers d'esclaves assoiffés de vengeance. Sa dépouille ne fut jamais retrouvée, mais quand ses anciens esclaves se dispersèrent, ils laissèrent les cendres éparpillées d'un brasier à l'emplacement de sa mort.

_________________
Compte principal : Asphar Silverstein

"J'ai lu il y a longtemps dans un livre que l'univers fonctionnerait apparemment sur le principe de l'équivalence, qui consiste à dire que pour obtenir quelque chose, il faut sacrifier quelque chose de même valeur. Mais l'expérience m'a montré que ce n'est qu'un ramassis de bêtises. Mon principe à moi est beaucoup plus simple et réaliste : ce que je veux je le prend, et si l'on me prends un, je reprends mille."

- Olivia M. Goldstein lors d'un conseil des officiers sur Trojank
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Histoire de Warhammer 40.000   

Revenir en haut Aller en bas
 
Histoire de Warhammer 40.000
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Warhammer 40.000. Une histoire d'Ork
» Warhammer : la campagne imperiale
» Warhammer - Age of Sigmar (véritable V9 ?)
» Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes
» Page d'histoire: Tiresias Augustin Simon Sam, president.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Secteur Hullerstorm :: Adeptus Astronomica :: Librarium-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit